La réflexion de Jean-Jacques Rousseau sur la notation chiffrée et sa réception en Chine

par Na Zhang

Thèse de doctorat en Arts plastiques, musicologie

Sous la direction de Violaine Anger et de Véronique Journeau Alexandre.

Soutenue le 15-12-2016

à Paris Saclay , dans le cadre de École doctorale Sciences de l'Homme et de la Société (Cachan, Val-de-Marne) , en partenariat avec Laboratoire Synergies langues arts musique (Évry) (laboratoire) et de Université d'Évry-Val-d'Essonne (établissement opérateur d'inscription) .

Le président du jury était Jean-Marc Chouvel.

Les rapporteurs étaient Lucie Rault.


  • Résumé

    En Chine, à partir du XXe siècle, on utilise largement un genre de notation musicale qui représente les sons musicaux par des chiffres indo-arabes. Cette notation est nommée en chinois jianpu, au sens de « notation simple ». En effet, cette notation n’est pas originaire de la Chine, mais vient de l’Occident, plus précisément, de la méthode de Rousseau. En 1742, Jean-Jacques Rousseau avait présenté son projet sur une nouvelle méthode pour écrire la musique, soit une notation chiffrée. Néanmoins la réaction de la société française fut assez froide à son époque. Cette méthode intelligente a été mise de côté par lui-même et la plupart du public en Europe. Heureusement, après un long terme de développement et des voyages dans le monde, cette notation chiffrée a finalement trouvée son public en Chine. Cette thèse s'efforce de découvrir et d’analyser ce phénomène. Pour cela, dans un premier temps la notation chiffrée de la Chine est comparée de façon détaillée avec celle de Rousseau ; puis les notations traditionnelles chinoises ayant existé antérieurement à l'introduction de cette notation en Chine sont présentées ; en dernier lieu, la façon dont le contexte particulier du début du XXe siècle en Chine joue un rôle important dans l'accueil réservé à cette méthode est examinée.

  • Titre traduit

    Jean-Jacques Rousseau's reflection on the numerical notation and its reception in China


  • Résumé

    In China, from the twentieth century, one type of musical notation has been largely used for representing musical sounds by Indo-Arabic numerals. This notation is called Jianpu in china which means "simple notation." Indeed, this notation is not born in China, but comes from the West, precisely, called the Rousseau's method. In 1742, Jean-Jacques Rousseau had presented his project on a new approach for writing music, a numeral notation. Nevertheless, the French society was cold enough for his invention. This intelligent method was put aside by himself and also in most of the public in Europe. Fortunately, after a long period of development and travel in the world, this numerical notation has finally found its audience in China. This thesis strives to discover and analyze this phenomenon. For this purpose, firstly, the Chinese numerical notation will be compared in details with that one of Rousseau; then the traditional Chinese notations existing before this introduced notation are presented; finally, the special Chinese environment of the early twentieth century will be examined, because of playing an important role in the reception of this method.



Le texte intégral de cette thèse sera accessible librement à partir du 01-07-2018

Autre version

La réflexion de Jean-Jacques Rousseau sur la notation chiffrée et sa réception en Chine


Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université d'Evry-Val d'Essonne. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.
Cette thèse a donné lieu à 1 publication .

Consulter en bibliothèque

à

Informations

  • Sous le titre : La réflexion de Jean-Jacques Rousseau sur la notation chiffrée et sa réception en Chine
  • Détails : 1 vol. (ii-275 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 249-267.
La version de soutenance de cette thèse existe aussi sous forme papier.

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.