Analyse des politiques publiques en matière d’adoption du cloud computing et du big data : une approche comparative des modèles français et marocain

par Saïd El Ouazzani

Thèse de doctorat en Sciences politiques

Sous la direction de Gabriel Périès.

Le président du jury était Imed Boughzala.

Les rapporteurs étaient Thibault de Swarte, Anne Cammilleri-Subrenat.


  • Résumé

    Notre recherche repose sur l’analyse des politiques publiques françaises et marocaines en matière d’adoption des technologies du Cloud Computing et du Big Data. Nous avons analysé ce que les Etats, français et marocain, font — ou ne font pas — pour faire face aux enjeux du numérique. Enjeux pour lesquels l’Etat doit apporter aujourd’hui des réponses politiques et techniques. En effet, l’Etat, dans une acception weberienne, voit sa représentation idéal-typique se modifier en un cyber-Etat qui a pour mission :— Assurer une souveraineté en développant des plateformes Cloud Computing nationales susceptibles de fournir les mêmes services que des plateformes étrangères ;— Développer des outils numériques du type Big Data articulés à des solutions « Cloud Computing » afin d’améliorer des services publics. — Développer et assurer la présence de l’Etat et de ses administrations dans le cyberespace ;— Mettre les outils du type Coud Computing au service de la sécurité nationale pour faire face aux dispositifs de cyber-renseignement étrangers.Dans un contexte de transformations profondes de la société induites par le numérique, l’Etat doit réaffirmer ses droits sur son propre territoire. En effet, le Net offre aux individus des possibilités de sociabilité croissantes à travers une «vie numérique» qui constitue une facette, un prolongement de la vie réelle. Cette vie numérique individuelle évolue en suivant les transformations de la technologie qui potentialisent la sociabilité en ligne et qui s’accompagnent de contraintes liées au traitement des données personnelles et font surgir des débats relatifs à la vie privée.Pour faire face aux risques sécuritaires, l’Etat français comme l’Etat marocain se sont dotés des instruments juridiques et techniques qui s’appuient précisément sur les technologies du Cloud Computing et du Big Data. L’arsenal juridique français s’est vu renforcé dernièrement par l’adoption successive et accélérée — sans débat national — de la Loi de programmation militaire (2014-2019) puis sur les lois anti-terroriste (2014) et sur le Renseignement (2015). Ces différents textes ont agité le débat politique en instillant une inquiétude grandissante relative au déploiement de dispositifs numériques de surveillance. Surveillance, ou cyber-surveillance, qui trouve sa légitimité dans la lutte contre le terrorisme en faisant, à chaque fois, référence à la notion de sécurité nationale, concept au contenu juridiquement flou et dépendant des autorités publiques. Notre travail couvre quatre axes principaux : 1- L’évolution de la conception même de l’Etat qui implique la mise en place de cyber-politiques publiques ainsi que le développement d’un cyber-secteur public, d’un cyber-service publique et également d’une évolution de la fonction publique elle-même.2- Les enjeux sécuritaires à l’ère du Cyber-Etat. Nous avons ainsi pu traiter des notions comme celles de cyber-sécurité, de cyber-souveraineté et de cyber-surveillance au sein du Cyber-Etat.3- Les enjeux liés au traitement des données personnelles au sein du Cyber-Etat et produites par les activités quotidiennes du cyber-citoyen.4- Les fondements techniques du Cyber-Etat : le Cloud Computing et et le Big Data. On pu être ainsi analysées techniquement ces deux technologies.C’est grâce à la collaboration avec des partenaires français et nord-américains : la Mairie de Boulogne Billancourt et les Engaged Public et CausesLabs que nous avons pu montrer, à travers une étude de cas, l’apport concret du Cloud Computing dans le cadre d’une collectivité locale française. Une expérimentation qu’il conviendra de suivre, si ce n’est développer, dans l’avenir.

  • Titre traduit

    Public policies analysis for cloud computing and big data adoption : comparative approach between French and Morrocan models


  • Résumé

    Our research concerns the public policy analysis on how Cloud Computing and Big data are adopted by French and Moroccan States with a comparative approach between the two models. We have covered these main areas: The impact of the digital on the organization of States and Government ; The digital Public Policy in both France and Morocco countries ;The concept related to the data protection, data privacy ; The limits between security, in particular home security, and the civil liberties ; The future and the governance of the Internet ; A use case on how the Cloud could change the daily work of a public administration ; Our research aims to analyze how the public sector could be impacted by the current digital (re) evolution and how the States could be changed by emerging a new model in digital area called Cyber-State. This term is a new concept and is a new representation of the State in the cyberspace. We tried to analyze the digital transformation by looking on how the public authorities treat the new economics, security and social issues and challenges based on the Cloud Computing and Big Data as the key elements on the digital transformation. We tried also to understand how the States – France and Morocco - face the new security challenges and how they fight against the terrorism, in particular, in the cyberspace. We studied the recent adoption of new laws and legislation that aim to regulate the digital activities. We analyzed the limits between security risks and civil liberties in context of terrorism attacks. We analyzed the concepts related to the data privacy and the data protection. Finally, we focused also on the future of the internet and the impacts on the as is internet architecture and the challenges to keep it free and available as is the case today.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Informations

  • Détails : 1 vol. (341 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 290-302

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université d'Evry-Val d'Essonne. Service commun de la documentation. Bibliothèque centrale.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : 320.6 ELO ana
  • Bibliothèque : Université d'Evry-Val d'Essonne. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.