Étude du rôle des immunoglobulines plasmatiques dans la modulation du signal anorexigène porté par l'α-MSH sur le récepteur aux mélanocortines de types 4 : implication dans la physiopathologie des troubles du comportement alimentaire et de l'obésité

par Nicolas Lucas

Thèse de doctorat en Neurosciences

Sous la direction de Sergueï Fetissov.

Le président du jury était Pierre Déchelotte.

Le jury était composé de Carole Rovere-Jovene, Christian Magnan, Sylvie Jégou, Jordan Dimitrov.


  • Résumé

    L'obésité (06) et les troubles du comportement alimentaire (TCA) constituent un problème de santé publique majeur. Cependant, les mécanismes physiopathologiques de ses troubles sont encore méconnus. Le travail de thèse élaboré ici met en jeu l'existence plasmatique d'auto-anticorps dirigés contre l'a-MSH et la ghréline, deux hormones régulatrices clés des voies respectivement de satiété et de faim. Aussi, l'altération des taux circulants et des propriétés des immunoglobulines dirigées contre ces peptides apparaissent comme une piste adéquate à une meilleure compréhension des dérégulations de l'appétit. Le récepteur aux mélanocortines de type 4 (MC4-R) étant un élément essentiel du signal de satiété, l'impact des IgG anti-a-MSH commerciaux ou issues de patients atteints de TCA et d'OB sur sa voie signalétique a premièrement été caractérisée grâce à des approches in vitro qui ont permis de mettre en lumière le rôle allostérique facilitateur physiologique des IgG anti-a-MSH mais aussi de décrire les altérations de cette composante auto-immune dans un contexte pathologique. Ensuite, l'élaboration d'un nouvel outil de libération intracérébrale chronique ouvre des opportunités prometteuses dans l'étude de l'impact à long terme des neuropeptides et de leurs auto-IgG respectifs. En effet, la description du spectre d'altération des propriétés de ces IgG en fonction du statut nutritionnel permet d'intégrer les voies orexigène et anorexigène dans les processus de survenue et/ou de maintien d'un dérèglement de la balance énergétique. En résumé, les travaux présentés apportent de solides arguments quant à l'implication de l'immunité dans la physiopathologie des TCA et de l'OB.


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    Obesity (OB) and eating disorders (ED) are major health problems which pathophysiological mechanisms are not well understood. Humans naturally display auto-antibodies that are reactive with a-MSH and ghrelin, two key regulatory hormones implicated in the satiety and hunger pathways, respectively. The present work aimed at analysis of immunoglobulins (Ig) autoantibodies directed against these peptides for their possible role in the appetite dysfunctions found in these diseases. Because the melanocortin receptor type 4 (MC4R) is critical to mediate a-MSH anorexigenic effects, we first characterized the impact of anti-a-MSH IgG from immunized rabbits or ED and OB patients on activation of MC4R expressing cells in vitro. We found that anti-a-MSH IgG display an allosteric effect on MC4R signaling which is altered in ED and OB. Moreover novel chronic neuropeptide chronic delivery tool in the brain was developed which opens further opportunities for the study of long-term effects of peptides molecules on feeding behavior. Furthermore the characterization of ghrelin-reactive IgG affinity kinetic proprieties was found to depend on nutritional status. Taken together these data helped to integrate autoantibodies in the regulation of both orexigenic and anorexigenic pathways involvement in the pathophysiology of ED and OB.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (191 f.)
  • Annexes : Bibliogr.589 réf.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque :
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : THD 16.03
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.