Condamnés à réussir : Insertion professionnelle des diplômés chinois en France, nouvelles dynamiques migratoires et identitaires

par Yong Li

Thèse de doctorat en Sociologie

Sous la direction de Michalis Lianos.

Le jury était composé de Sophie Devineau, Laurence Roulleau-Berger.

Les rapporteurs étaient Patrick Simon, Xiaohui Wang.


  • Résumé

    En Chine, la migration pour études est fortement liée au projet d’ascension sociale des familles des classes moyennes. Aujourd’hui, les grandes transformations des régimes migratoires et des marchés du travail aussi bien en Chine qu’en Europe nous invitent à repenser cette question migratoire, dans le cadre conceptuel de la modernité réflexive. Notre thèse propose d’étudier l’expérience migratoire de jeunes Chinois issus de la massification des études internationales. À travers les récits de vie d’une cinquantaine d’anciens étudiants qui sont arrivés en France depuis la fin des années 1990, nous avons étudié les parcours d’insertion de trois figures des étudiants-migrants : les salarb iés, les chercheurs scientifiques, les commerçants et entrepreneurs. Nous avons montré comment les migrants réajustent constamment leurs projets de vie au cours de leurs séjours en France tout en se projetant vers un potentiel retour en Chine. Les bifurcations biographiques, provoquées par les aléas dans les différents domaines de vie, conduisent souvent les migrants à s’installer durablement sur le sol français. Les migrants-étudiants sont donc « condamnés à réussir » dans un environnement concurrentiel, tiraillés entre les injonctions contradictoires de « vivre pour soi » et « vivre pour autrui ». Au final, trois logiques de construction du parcours se sont dégagées: la poursuite de « l’idéal de la réussite  » de la société chinoise contemporaine ; la perte de mobilité liée à l’avancement dans le cycle de vie ; le processus de subjectivation dans lequel l’individu tente de construire un rapport à soi « authentique » à distance avec le modèle hégémonique de la réussite en Chine.


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    In contemporary China, student migration is strongly linked to the project of social ascension of middle-class families. Today, major changes in migratory regimes and in labor markets both in China and in Europe invite us to rethink this migration issue within the conceptual framework of reflexive modernity. Our thesis proposes to study the migratory experience of young Chinese in the context of the massification of international studies. Through the life stories of some fifty former students who have arrived in France since the end of the 1990s, we have studied the integration paths of three migrant student figures: employees, scientific researchers, traders and entrepreneurs. We have shown how migrants constantly readjusted their life plans during their stay in France while projecting to a potential return to China. The biographical bifurcations, caused by the hazards in the various areas of life, often lead migrants to settle permanently on French soil. Student migrants are thus "condemned to succeed" in a competitive environment, torn between the contradictory injunctions of "living for oneself" and "living for others". In the end, three logics of construction of life-course emerged: the pursuit of "the ideal of success" of contemporary Chinese society; the loss of mobility related to the advancement across lifecycles; The process of subjectivation in which the individual tries to build a "genuine" relationship to oneself at a distance with the hegemonic model of success in China.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (692 p.)
  • Annexes : Bibliogr. (p.643-676)

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Rouen. Service commun de la documentation. Section lettres.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : V25849
  • Bibliothèque : Université de Rouen. Service commun de la documentation. Section lettres.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : V25850
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.