Facteurs métalinguistiques et cognitifs prédictifs de la dyslexie chez l’enfant arabophone apprenant le français (L2)

par Smaïl Layes

Thèse de doctorat en Psychologie

Sous la direction de Mohamed Rebaï.

Le jury était composé de Foued Laroussi, Michel Musiol.

Les rapporteurs étaient Mireille Besson, Denis Legros.


  • Résumé

    La nature hautement flexionnelle de la morphologie de la langue arabe et la variabilité de l’information phonologique fournie par son système de voyellisation, rendent la lecture dans cette orthographe une tâche considérablement exigeante de point de vue morphologique et cognitif. La question fondamentale guidant la présente thèse est de savoir comment la dyslexie développementale se manifeste chez les enfants arabophones scolarisés en 4ème, 5ème et 6ème années, et quels sont les déficits cognitifs sous-jacents qui pourraient en être responsables. Ainsi, l’objectif de ce travail est double : le premier cherche à savoir comment la dyslexie développementale se manifeste en orthographe régulière de la langue arabe, et à mieux comprendre les déficits métalinguistiques et cognitifs sous-jacents à ce trouble spécifique d’apprentissage de la lecture. Cela a été rendu possible à l’aide de tests psychométriques élaborés pour le besoin de cette recherche, et de formes adaptées de quelques tests standardisés pour l’évaluation de la lecture des mots et la compréhension de lecture, la conscience phonologique, la conscience morphologique, le traitement visio attentionnel, la mémoire de travail et la dénomination rapide chez les enfants arabophones. Le second objectif vise à explorer les relations prédictives entre la lecture de mots et la compréhension de lecture (variables prédites), et les compétences métalinguistiques (phonologique et morphologique) et cognitives (dénomination rapide, mémoire de travail, attention visuelle) comme facteurs prédictifs. La lecture en langue française a été utilisée afin de tester un éventuel effet de transfert de connaissances phonologiques de l’arabe L1 à l’apprentissage de la lecture du français comme L2. Pour ce faire, une série d’études a été menée auprès de deux populations de dyslexiques (phonologiques et mixtes) et de normo lecteurs arabophones apprenant le français comme L2. Les principaux résultats sont les suivants : 1/ Pour l’ensemble des participants (tous les groupes confondus) la vitesse d’implémentation constitue, à côté de la précision, un paramètre fiable pour différencier les normo lecteurs des dyslexiques dans les tâches de lecture et de la conscience phonologique. Ces résultats indiquent que la vitesse de lecture peut représenter aussi un aspect principal dans la description du trouble dyslexique, dans sa classification et éventuellement dans son diagnostic. 2/La conscience phonologique (CP), l’attention visuelle (AV), la dénomination rapide automatisée (RAN) et la mémoire de travail verbale (MTV) peuvent constituer des facteurs prédictifs de la lecture des mots et de la compréhension de lecture chez les enfants arabophones. 3/Les lecteurs en difficultés peuvent tirer pleinement profit de l’entrainement phonologique, qui se manifeste à la fois par l’amélioration de leurs habiletés phonologiques et favorise par voie de conséquence la performance de lecture chez eux, ce qui témoigne du rôle fondamental du facteur phonologique dans l’apprentissage de la lecture et sa prédiction. 4/En ce qui concerne les normo-lecteurs, les habiletés de décodage des mots et des pseudo-mots ainsi que la conscience phonologique en arabe (L1), s’avèrent être des indice de prédiction de la performance de lecture des mots en français (L2). Autrement dit, le facteur phonologique en L1 serait un élément prédictif essentiel dans l’apprentissage de la lecture en L2. L’ensemble des résultats de cette recherche a montré que les déficits phonologiques, morphologiques et de vitesse de traitement (en lecture de mots et en dénomination rapide) ainsi que la mémoire de travail verbale, sont les facultés les plus déficitaires chez les enfants dyslexiques, et représentent des indicateurs de base de la dyslexie chez les enfants arabophones. Des facteurs prédictifs similaires ont été trouvés dans les études de différentes langues y compris l’arabe, montrant que la lecture dans ces langues repose sur des processus cognitifs communs. En outre, nos résultats mettent en évidence un rôle majeur de la mémoire de travail verbal et la conscience morphologique dans la lecture et la compréhension de lecture. Ils démontrent l’influence orthographique sur les manifestations de la dyslexie. Ces résultats sont discutés au regard à la fois de l’impact des spécificités orthographes et des universaux de la dyslexie.


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    The Hooghly inflectional nature of the Arabic language morphology and the variability of the phonological information provided by its voyellisation system, make reading highly demanding morphologically and cognitively in this orthography. The main question guiding this thesis is how developmental dyslexia occurs in the Arabic-speaking children in 4th, 5th and 6th primary school, and what are the underlying cognitive deficits. Thus, the objective of this work is twofold : the first looks at how developmental dyslexia manifests itself in Arabic as regular orthography, and the underlying metalinguistic and cognitive deficits, achieved through a set of psychometric tests designed to assessing reading, phonological awareness and rapid naming in Arabic speaking children. The second objective is to explore the predictive relationships between word reading (accuracy and speed) and reading comprehension (as predicted variables), and the metalinguistic (phonological and morphological) and cognitive skills (rapid naming, working memory, visual attention) as predicting factors. The reading French words task was used to assess a possible phonological knowledge transfer effect from Arabic L1 in learning to read French L2 by Arabic-speaking children. A series of studies was conducted in two populations of Arabic readers, dyslexics (phonological and mixed) and normal readers, whose L2 is French. The main results were: 1/For all participants, speed of implementation, beside accuracy, was a significant differentiator in all reading tasks including phonological task. These results indicate that speed and accuracy in reading are two main parameters in the characterization of dyslexia in Arabic, its classification and probably in its diagnosis as well. 2/Phonological awareness (PA), visual attention (VA), rapid automatized naming (RAN) and verbal working memory (VWM) can be strong predictors of word reading and reading comprehension among Arabic-speaking children. 3/The struggling readers can take full advantage of phonological training, manifested by the improvement of their phonological skills and consequently promoting their reading performance, reflecting the key role of the phonological factor in learning to read. 4/Regarding the normal readers, decoding words and pseudo-words skills as well as phonological awareness in Arabic (L1), were demonstrated to be predictive indicators of word reading performance in French (L2), indicating that phonological processing in L1 represent a key predictor for learning to read in L2. Overall, results of this research showed that phonological, morphological and processing speed (in word reading and rapid naming) and verbal working memory, are the main deficient faculties in dyslexic children and represent the basic indicators of dyslexia among Arabic-speaking children. Similar predictors found in different languages studies including Arabic, show that reading in these languages is based on common cognitive processes. Moreover, our results highlight a major role in verbal working memory and morphological awareness in reading words and reading comprehension. They demonstrate the orthographic influence on the manifestations of dyslexia. These results are discussed in terms of both impact of orthographic specifics and universals of dyslexia.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. ( 372, 42 f.)
  • Annexes : Bibliogr. 319-354 f.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Rouen. Service commun de la documentation. Section lettres.
  • PEB soumis à condition
  • Cote : S15838/1
  • Bibliothèque : Université de Rouen. Service commun de la documentation. Section lettres.
  • PEB soumis à condition
  • Cote : S15838/2
  • Bibliothèque : Université de Rouen. Service commun de la documentation. Section lettres.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : S15839/1
  • Bibliothèque : Université de Rouen. Service commun de la documentation. Section lettres.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : S15839/2
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.