La réinvention du Moyen âge sur les scènes lyriques parisiennes entre 1810 et 1830 : genèse, contours et circulation vers l’Italie et l’Allemagne d’un imaginaire français

par Marie-Anne Maršálek (Le Roy)

Thèse de doctorat en Musicologie

Sous la direction de Hervé Lacombe et de Arnold Jacobshagen.

Soutenue le 06-12-2016

à Rennes 2 en cotutelle avec Hochschule für Musik und Tanz (Köln, Allemagne) , dans le cadre de École doctorale Arts, lettres, langues (Rennes) , en partenariat avec Université européenne de Bretagne (PRES) , Université Bretagne Loire (COMUE) et de Histoire et Critique des Arts. UHB (laboratoire) .

Le président du jury était Olivier Bara.

Le jury était composé de Céline Frigau Manning, Timothée Picard.

Les rapporteurs étaient Olivier Bara, Isabelle Moindrot.


  • Résumé

    Cette thèse, inscrite dans le cadre méthodologique de l’histoire des représentations, vise à identifier les caractéristiques littéraires, visuelles et musicales de l’imaginaire médiévaliste inventé par le genre de l’opéra-comique français entre 1810 et 1830. Ces années correspondent à une tranche de vie privilégiée de l’imaginaire, celle de son épanouissement et de sa parfaite lisibilité. L’imaginaire se révèle aujourd’hui sur le mode de reflets d’une sensibilité désormais évaporée. Ses contours, conditionnés par l’impératif de la couleur locale, sont précisés au moyen d’une pluricité de méthodes : la prise en compte des conventions de l’opéra-comique, le recoupement d‘oeuvres – livrets, scénographie, partitions –, l’étude de la presse et du regard parodique qui lui est porté a posteriori. L’ensemble des informations collectées mène aux motifs médiévalistes d’opéra-comique, parmi lesquels une bande-son médiévaliste.Le défi méthodologique de cette thèse tient à sa démarche pluridisciplinaire, qui associe étroitement l’opéra-comique à son contexte. L’idée selon laquelle la musique ne prend son sens et sa couleur que dans un cadre imaginaire sous-tend cette approche. Parmi les autres pans médiévalistes de la culture d’époque, les romans de Charles Prévost d’Arlincourt constituent le socle de comparaison le plus précieux.C’est sur fond d’altérité que les contours du médiévalisme se dégagent le mieux, notamment par sa mise en regard avec ce qu’il devient en Italie et en Allemagne, dans le cadre d’adaptations. Si certaines intrigues françaises médiévalistes sont reprises à l’étranger, des motifs pourtant essentiels à la couleur locale en France restent intraduisibles et interdisent d’évoquer un style médiévaliste européen de l’art lyrique. En revanche, à l’heure où chaque pays se cherche une identité, certaines références européennes se retrouvent bel et bien d’une scène à l’autre.

  • Titre traduit

    The reinvention of Middle Ages on Parisian lyrical stages between 1810 and 1830 : the genesis, features and circulation to Italy and Germany of a French imaginary


  • Résumé

    This thesis is rooted in the methodological framework of the history of representations. It aims to identify the literary, visual and musical features of the medievalist imaginary invented in the French opéra-comique between 1810 and 1830. The imaginary now only appears through the reflections of an evaporated sensitivity and through discontinuous hintsthat need to be reassembled.Thus the characteristics of this imaginary conditioned by the couleur locale emerge from the combination of several methods: the comparison of several opéras-comiques – taking into account their booklets, set designs and scores –, the study of the Parisian press and investigation of parodic manifestations of the medievalism in the years that followed.The methodological challenge consists in a multidisciplinary approach, which tightly binds the opéra-comique with its context. The idea that music only acquires its meaning and color in an imaginary framework underpins this approach. Among the other French medievalist aspects considered, Charles Prévost Arlincourt’s novel provide the most valuableway to clarify the lyrical imaginary.The comparison with adaptations and translations of French medievalist plots in Italy and in Germany is one of the best way to identify the characteristics of the imaginary. Thus this study does not identify a European style but rather reveals some untranslatable components in the wake of French medievalist intrigues. However, at the time when each country is seeking roots and identity, some European references emerge in the context of the lyrical medievalism.

Autre version

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2016 par Université Rennes 2 à Rennes

La réinvention du Moyen âge sur les scènes lyriques parisiennes entre 1810 et 1830 : genèse, contours et circulation vers l'Italie et l'Allemagne d'un imaginaire français


Consulter en bibliothèque

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2016 par Université Rennes 2 à Rennes

Informations

  • Sous le titre : La réinvention du Moyen âge sur les scènes lyriques parisiennes entre 1810 et 1830 : genèse, contours et circulation vers l'Italie et l'Allemagne d'un imaginaire français
  • Détails : 1 vol. (524 p.)
  • Notes : Thèse soutenue en co-tutelle.
  • Annexes : Bibliogr. p. 460-498. Index
La version de soutenance de cette thèse existe aussi sous forme papier.

Où se trouve cette thèse ?