Vol de jouissance : approche psychanalytique du viol de femmes en série

par Valérie Ricau

Thèse de doctorat en Psychologie

Sous la direction de Laurent Ottavi.

Soutenue le 05-02-2016

à Rennes 2 , dans le cadre de École doctorale Sciences humaines et sociales (Rennes) , en partenariat avec Université européenne de Bretagne (PRES) .

Le président du jury était Marie-José Grihom.

Les rapporteurs étaient Marie-José Grihom, Christian Hoffmann.


  • Résumé

    Ce travail développe la thèse que les viols commis à l’endroit des femmes sont des actes qui relèvent moins des logiques du sexuel – pourtant lieu et mode de réalisation – que de celles de la jouissance. Ces crimes dénotent les modes de construction de jouissances violentes comme tentatives de satisfaction qui attentent au féminin lorsqu'ils sont perpétrés par une catégorie de sujets qui a refusé la perte et le renoncement inaugural – castration symbolique – qui conditionne l’accès au manque, au désir, et à une satisfaction pulsionnelle possible.La première partie de notre recherche présente les théories de trois références majeures dans le champ de la criminalité sexuelle, lesquelles placent les sujets concernés au bord de la psychose, sans toutefois en relever. Nous faisons alors valoir que seule la position adoptée par le sujet à l’endroit de la jouissance permet de fonder la structure subjective. Ceci nous conduit, dans notre deuxième partie, à explorer le champ de la jouissance et à mettre en exergue l’interdiction de la jouissance absolue, primordiale, comme fondatrice du lien social et condition du rapport entre les sexes dans un champ sexuel. La troisième partie, orientée par ces balises, s’attache à construire les repères qui rendent compte des logiques du refus de la castration symbolique. A partir de là, nous verrons comment des sujets peuvent être amenés à se situer face à une jouissance qui les féminise et qui, dans un mouvement de protestation virile, les pousse-à-faire-l’homme. De plus, ce rapport à la jouissance peut les appeler à l'action d'une jouissance pure, complète, et ceci dans une réalisation effective du rapport sexuel qu’il n’y a pas : ils volent la jouissance interdite de La femme toute.Nous concluons notre travail sur la question de la responsabilité pénale et subjective, et interrogeons la question du « traitement » qu’il conviendrait d’adopter pour ces hors-la-loi de la jouissance.

  • Titre traduit

    Theft of jouissance : a psychoanalytic approach of serial rapes of women


  • Résumé

    This work develops the thesis that raping women is not so much relevant to the logics of sexuality – though sex determines where and how the act takes place – as to the logics of jouissance. Those crimes involve the construction of violent modes of jouissance attempting satisfaction in attacking femininity, when they are committed by a category of subjects who have rejected the inaugural effect of loss and renunciation – symbolic castration – determining the access to lack, desire and the satisfaction of libidinal drives.The first part of our research examines the theories of the three major references in the field of criminal sexuality, which situate the position of those subjects on the borderline of psychosis though they do not fall within this clinical category. We argue that the sole subject's position with respects jouissance allows to qualify the subject's structure. This leads us, in the second part, to explore the field of jouissance and highlight the prohibition of absolute, primal jouissance as the founding principle of social bonds and the condition of the relation between the sexes within the field (context) of sexuality. Guided by these landmarks the third part is concerned with taking reference marks accounting for the logics of the refusal of the symbolic castration. Then based on these premises, we address the question of how a subject can react when faced with a jouissance feminizing him and creating an effect of “pousse-à-faire-l'homme” in an attempted male protest. Furthermore, such relation to jouissance may call some subjects to perform an act aiming at a pure and complete fulfilment in the realization of a sexual relationship. For there is no such thing as a sexual relationship: they steal the prohibited jouissance from Woman that is all.In conclusion, we question the penal and subjective responsibility and explore the question of the “treatment” that should be adopted towards these outlawing subjects of jouissance

Autre version

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2016 par Université Rennes 2 à Rennes

Vol de jouissance : approche psychanalytique du viol de femmes en série


Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Rennes 2. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.
Cette thèse a donné lieu à 1 publication .

Consulter en bibliothèque

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2016 par Université Rennes 2 à Rennes

Informations

  • Sous le titre : Vol de jouissance : approche psychanalytique du viol de femmes en série
  • Détails : 1 vol. (277 f.)
  • Annexes : Bibliogr. f. 263-277. 237 réf. bibliogr. Annexes
La version de soutenance de cette thèse existe aussi sous forme papier.

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.