La construction d'un prix juste au sein d'un système agro-alimentaire alternatif : le cas de la société coopérative d'intérêt collectif alter-Conso

par Marion Maignan

Thèse de doctorat en Sciences de Gestion

Sous la direction de Amina Bécheur.

Le président du jury était Marine Le Gall-Ely.

Le jury était composé de Amina Bécheur, Benjamin Huybrechts, Pénélope Codello.

Les rapporteurs étaient Philippe Robert-Demontrond, Isabelle Huault.


  • Résumé

    Le modèle de production, consommation et distribution agro-industriel fait l’objet depuis les années 1970 de critiques portant sur son impact environnemental, économique et sociétal. En réponse à ces critiques, s'est développé depuis les années 60 au Japon, 80 aux États- Unis, et plus récemment en France, une diversité d’initiatives et d’expérimentations socio-économiques visant à soutenir une agriculture plus respectueuse de l’homme et de la planète, basée sur de nouvelles formes d’organisation et orientée vers des échange économiques plus justes. Ces initiatives, qualifiées de systèmes agro-alimentaires alternatifs, associent de manière variée des modes production respectueux de la planète (agriculture raisonnée et biologique, agro-écologie, permaculture. Ils s’appuient par ailleurs sur des formes organisationnelles ancrées dans des dynamiques d’économie sociale et solidaire : Amaps, circuits-courts, coopératives, initiatives de commerce équitable local. Ils développent ainsi des modèles de gouvernance et d'organisation qui reconsidèrent les finalités et les modalités de l’activité économique et sont animés par une volonté de s’engager dans une « autre économie ». La question de la justice dans l’échange, incarnée par la cherche d'un prix juste, est centrale pour ces initiatives.Dans ce contexte, la thèse propose d’analyser la construction d’un prix juste au sein d’un système agro-alimentaire alternatif, engagé dans une démarche de commerce équitable local et s’appuyant sur une forme organisationnelle innovante. Il s’appuie sur le suivi, pendant trois ans, de la Société Coopérative d’Intérêt Collectif Alter-Conso, engagée dans la distribution hebdomadaire de paniers issus de l’agriculture biologique, locale et paysanne dans 14 lieux de distribution de l’agglomération lyonnaise. Cette SCIC se caractérise par un projet d’entreprise orienté vers une transformation des modes de production et de consommation alimentaire, et s'appuie sur une démarche ancrée dans les principes et valeurs coopératives. Elle réunit autour d'un même projet quatre catégories d'acteurs : salariés, producteurs, consommateurs, et sympathisants. Au sein de la coopérative, l’activité marchande est le support d’un projet avant tout sociétal et politique, orienté vers une transformation des pratiques agricoles et des modalités de gestion de l’activité économique. La thèse propose d’analyser comment les acteurs de la coopérative construisent un prix juste, au regard du projet d’entreprise et de ses modalités d’organisation.La thèse permet de montrer que la construction du prix juste au sein de cette organisation reflète une exigence de justice à la fois procédurale, commutative, et distributive. Ce travail met par ailleurs en évidence un processus de fixation du prix alternatif au prix de marché, et qui incarne les spécificités d’une organisation coopérative à finalité sociale. La construction du prix juste intègre par les finalités et les valeurs de la coopérative, à la fois dans les critères de définition et dans le choix des procédures de fixation du prix. Le prix juste est ainsi construit sur la base d’une discussion et indépendamment des variations de l’offre et de la demande. Il est défini sur la base d’une relation tripartite, durable et compréhensive entre producteurs, salariés et consommateurs de la coopérative, caractérisée par une reconnaissance des besoins réciproques des acteurs concernés par l'échange.

  • Titre traduit

    The construction of a fair price in an Alternative Food System : the Cooperative Society of Collective Interest Alter-Conso


  • Résumé

    The industrial model of food production, consumption and distribution has been criticised since the seventies in reference to its environmental, social and economical impacts. These critics led to the emergence of a diversity of socio-economic initiatives, engaged in the promotion of a model of agriculture that is more respectful of the planet and its inhabitants, based on new organizational forms and oriented towards fair economic exchange. These alternative food systems refer to a diversity of production methods, including responsible and organic farming, agroecology, permaculture. Alternative food systems generally rely on organisations engaged in a social or solidarity economy : Community supported agriculture, short food supply channels, cooperatives, local fair trade. They reconsider the purpose and terms of economic activity and are driven by a desire to engage in an alternative economy. The question of fairness in exchange, embodied by the will to define a fair price, is of central matter for these initiatives.In this context, this thesis aims at analysing the construction of a fair price within an alternative food system. This system is engaged in a dynamic of local fair trade, and is based on an innovative organizational form. An empirical study has been conducted during three years within the cooperative Alter-Conso. This social cooperative proposes a weekly distribution of local and organic food products, in 14 delivery points in and around the city of Lyon. It puts forward the values and principle of a social and solidarity economy, and brings together into cooperation four categories of members : employees, producers, consumers, supporters. In this sense, economic activity aims primarily at achieving a social and political goal, oriented towards a transformation of agricultural practices and questioning the dominant management practices of economic life. The thesis aims at analysing how the members of the cooperative construct a fair price, considering its social project and its organizational form.The thesis shows that the construction of a fair price articulates three forms of justice : distributive , commutative, and procedural. It shows how the cooperative defines a price definition process that is an alternative to the market price. Indeed, the price construction takes into account the values and social goals of the cooperative, both in the criteria that define a fair price and in the price fixation process. The price construction is based on a discussion among the cooperative’s stakeholders, regardless of the variations of supply and demand. It is constructed on the basis of a lasting, comprehensive and tripartite relationship between the producers, the consumers, and the cooperative employees. The relationship is based on reciprocity and on the recognition of the needs of all the people affected by the exchange.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.