Currency Board et mouvements de capitaux dans une petite économie ouverte : modélisation en Equilibre Général Calculable appliquée à Djibouti

par Moustapha Aman

Thèse de doctorat en Sciences économiques

Sous la direction de Philippe Adair.

Le président du jury était Nikolay Nenovsky.

Le jury était composé de Philippe Adair, Gérard Duchêne.

Les rapporteurs étaient Jean-François Ponsot, Jean-Louis Combes.


  • Résumé

    Le Currency Board est un régime de change dont la recherche de la stabilité et la crédibilité monétaire fonde la régulation non pas sur une action discrétionnaire de la Banque Centrale mais sur un mécanisme d’ajustement supposé être automatique : la dynamique de l’offre monétaire suit la dynamique des réserves en devises étrangères. Cette thèse s’intéresse à l’expérience djiboutienne pour étudier le fonctionnement d’un Currency Board. La République de Djibouti possède l’unique Currency Board existant sur le continent Africain depuis 1949. Sa longévité dans un contexte de libre circulation des capitaux offre une expérience unique et extrêmement riche d’enseignements. La résilience du secteur bancaire intégralement détenu par l’étranger, les facteurs institutionnels et géopolitiques et les pratiques monétaires informelles (hawala) expliquent cette longévité. Par exemple, sans les transferts hawalas, il n’existe pas une relation univoque à long terme entre la balance des paiements et la base monétaire. L’interaction du secteur formel et informel permet d’obtenir un équilibre macro-monétaire.Une étude statique de l’ajustement d’un modèle d’équilibre général calculable financier (MEGC) comprenant le secteur informel montre que les entrées supplémentaires en devises peuvent être à l’origine d’une accumulation illimitée de réserves en devises étrangères et conduisent à une modification de l’équilibre entre le secteur marchand et non marchand.

  • Titre traduit

    Currency Board and capital flows in a small open economy : computable general equilibrium modeling applied to Djibouti


  • Résumé

    The Currency Board is an exchange system in which the search for stability and monetary credibility is not based on a discretionary regulation of the Central Bank but on an adjustment mechanism assumed to be automatic: the dynamics of money supply follow the dynamics of foreign exchange reserves. This thesis focuses on the Djibouti experiment to study the functioning of a Currency Board. The Republic of Djibouti has the only existing Currency Board on the African continent since 1949. His longevity in a context of free movement of capital offers a unique and extremely valuable lesson. The resilience of institutional and geopolitical factors fully owned by foreign banking, and informal monetary practices (hawala transfers) explain this longevity. For instance, without the hawala transfers, there is no unambiguous relationship between the long-term dynamics of the balance of payments and the monetary base. The interaction of formal and informal sector provides a macro-monetary balance and stability.A static study of the fit of a general equilibrium (CGE) including the informal sector shows that the additional entries in currencies can be the source of an unlimited accumulation of foreign reserves and lead to a change in the balance between tradable and non-tradable sector.



Le texte intégral de cette thèse sera accessible sur intranet à partir du 08-06-2018

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.