Le « bios » antique dans la pensée du dernier Foucault

par Paola Masi

Thèse de doctorat en Philosophie

Sous la direction de Frédéric Gros et de Dimitri D' Andrea.

Soutenue le 12-01-2016

à Paris Est en cotutelle avec l'Università degli studi (Florence, Italie) , dans le cadre de Ecole doctorale Cultures et Sociétés (Créteil ; 2015-....) , en partenariat avec Lettres, Idées, Savoirs (Créteil) (laboratoire) et de Lettres Idées Savoirs / LIS (laboratoire) .

Le président du jury était Judith Revel.

Le jury était composé de Frédéric Gros, Roberto Poma, Ubaldo Fadini.

Les rapporteurs étaient Vincenzo Sorrentino.


  • Résumé

    Cette thèse de doctorat a le but de suggérer une interprétation des dernières oeuvres de Michel Foucault à travers la notion de bios. En analysant ses cours au Collège de France depuis 1980 au 1984 et les autres écrits et interventions de ces ans, elle examine le rôle joué par cette notion à partir de son introduction, au début des ans quatre-vingts, dans le cadre du problème du rapport entre subjectivité et vérité et en opposition au sujet chrétien et moderne. Autour de l’idée de bios semble prendre forme non seulment la reconceptualisation foucauldienne de l’idée de résistance, mais aussi la réflexion sur la dimension de la subjectivité, de la subjectivation. À travers l’examen des régimes de vérité que Foucault esquisse (alèthurgie chrétienne, ephistrophê platonicienne, souci de soi stoïcien, parrêsia socratique et vraie vie cynique), ce travail se propose de mettre en évidence comme la notion de bios acquiert une importance croissante à travers les notions de « techniques de soi », de « pratique de subjectivation » et de « vraie vie ». Foucault semble situer le principal enjeu éthico-politique actuel dans le problème de la manière de vivre et du corp, qui constituent l’essentiel terrain de la lutte politique à l’intérieur duquel il est peut-être possible, aujourd’hui, créer une résistance praticable et efficace à la gouvernamentalité contemporaine.

  • Titre traduit

    The ancient bios in the thought of the last Foucault


  • Résumé

    This work aims to suggest an interpretation of Michel Foucault’s last works through the concept of bios. It analyzes his courses at the Collège de France (1980/1984) and other works and speeches from that period, investigating the role played by this concept since its appearance in the problem of the relationship between subjectivity and truth and in opposition to the Christian and modern subject. Around the idea of bios, not only the Foucault reconceptualization of the idea of resistance, but also the linked reflection on the dimension of the subjectivity, of the subjectivation, comes true. Through the examination of the different regimes of truth that Foucault outlines (Christian aleturgie, Platonic epistrophe, Stoic care of the self, Socratic parrhesia and Cynic vraie vie), this work points out that the notion of bios acquires more and more relevance with the notion of “techniques of self”, the practices of subjectification and the “true life”. Foucault go as far as to place the ethical-political real issue at stakes in the matter of the bios, of the way of life, and of the body, that seem to constitute the essential political battleground where it could be possible today, to create a truly practicable and effective resistance to the contemporary governamentality.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Communautés d’Universités et d'Etablissements Université Paris-Est. Bibliothèque universitaire.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.