Trans-border communities in Europe and the emergence of “new” languages : From “Francoprovençal patois” to “Arpitan” and “Arpitania”

par Natalia Bichurina

Thèse de doctorat en Etudes iberiques et latino americaines

Sous la direction de Christian Lagarde.

Soutenue le 02-09-2016

à Perpignan en cotutelle avec l'Università degli studi (Bergame, Italie) , dans le cadre de École Doctorale INTER-MED (Perpignan) , en partenariat avec Centre de Recherche sur les Sociétés et Environnements en Méditerranées (Perpignan) (équipe de recherche) et de Centre de Recherche sur les Sociétés et Environnements en Méditerranées / CRESEM (laboratoire) .

Le président du jury était Alain Viaut.

Le jury était composé de Christian Lagarde, Alain Viaut, Federica Venier, Caroline Lipovsky.

Les rapporteurs étaient Alain Viaut, Federica Venier.

  • Titre traduit

    Communautés transfrontalières et émergence de "nouvelles" langues : des patois francoprovençaux à l'arpitan et à l'Arpitania


  • Résumé

    La thèse porte sur les processus d’émergence de nouvelles langues et des communautés transfrontalières proto-nationales fondées sur ces langues dans l’Europe occidentale d’aujourd’hui. L’analyse se centre sur le francoprovençal (ou arpitan), parlé entre la France, l’Italie et la Suisse : dans « l’espace autour du Mont Blanc », ainsi que l’identifient ses locuteurs eux-mêmes. Epistémologiquement, il s’agit de la dernière-née des langues gallo-romanes, qui vient s’ajouter à l’opposition traditionnelle langue d’oc vs. langue d’oïl, et qui est en train d’être reconnue comme langue à part entière dans les législations régionales, nationales et européenne. Conçue au croisement de la4sociolinguistique et l’anthropologie, la thèse privilégie les approches de l’analyse critique du discours et celles des études sur le nationalisme. La méthode ethnographique de l’observation participante (le vécu dans les trois pays de la zone francoprovençale) a été complétée par 60 entretiens approfondis d’une durée de 1-3h et un corpus des textes écrits (manifestes, blogs etc.) L’étude met en évidence un fossé entre les pratiques communicatives quotidiennes, avec les sens sociaux qui leur sont attribués, et l’idéologie linguistique et politique.


  • Résumé

    The thesis examines the current phenomena of the emergence of “new” languages and trans-border proto-national communities in Europe. It is demonstrated how a set of idioms on the borderland between France, Italy and Switzerland, which had been considered as patois, became recognised as a unique “language”: the Francoprovençal language, and the trans-border linguistic space became identified as Arpitania. Conceived as cross-disciplinary, the study combines methods of anthropology and sociolinguistics, drawing more particularly on critical discourse analysis and studies on nationalism. The findings are based on extensive fieldwork in which priority was given to the ethnographic method of participant observation (five months-stay in the Francoprovençal-speaking areas of France, 10 months in those in both Switzerland and Italy). The observation was combined with in-depth sociolinguistic interviews (60 interviews of 1-3 hours in length). Besides, the study includes analysis of written discourse: scientific and journalistic printed sources, manifestos, internet blogs, etc.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Perpignan Via Domitia. Service commun de la documentation. Section Lettres et Sciences humaines.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.