Jürgen Habermas et la problématique de l’universalité des droits de l’homme

par Jacques Deboheur Koukam

Thèse de doctorat en Philosophie

Sous la direction de Stéphane Haber.

Le président du jury était Christian Berner.

Le jury était composé de Stéphane Haber, Christian Berner, Alexander Neumann, Patrick Sadivan.

Les rapporteurs étaient Alexander Neumann, Patrick Sadivan.


  • Résumé

    Face aux défis et aux enjeux de liberté et, par la suite, de développement de l’homme et des peuples, il nous a semblé nécessaire de nous interroger sur l’universalité du droit comme gage du devenir de l’homme et des sociétés. Tout comme pour le rapport du « Tout » à la « partie », nous avons traité du rapport des droits du sujet dans la communauté politique. Il a été question pour nous de tenter de lever l’ambiguïté ambivalente qui soustrait les droits du sujet de la communauté politique ou qui envisage les droits de la communauté politique sans les droits du sujet. Cette préoccupation s’apparente comme la majeure dans la question de l’universalité des droits de l’homme. Ce qui signifie que le défi de la démocratie dans notre monde contemporain relativement à la problématique des droits de l’homme oppose les sociétés libérales et les sociétés communautaristes. Si dans les sociétés communautaristes le sujet n’existe pas, et si dans les sociétés libérales la communauté aurait perdu sa signification, nous nous posons alors la question de savoir s’il faut libérer le sujet de sa communauté politique ? C’est la question que nous nous posions avant de commencer cette recherche. A cette étape, nous pensons que la philosophie de la rationalité communicationnelle à travers l’éthique de la discussion que nous avons étudié avec Jürgen Habermas, nous permet de dire qu’il est possible de réconcilier le sujet et sa communauté politique et que la communauté politique a intérêt à reconnaitre les droits du sujet.

  • Titre traduit

    Jürgen Habermas and the issue of the universality of human rights


  • Résumé

    Faced with the challenges and issues of freedom, and, subsequently, to development of man and peoples, it seemed necessary to ask ourselves about the universality of right as a guarantee of the future of man and of societies. As for the relation of “Totality” to the “part”, we mentioned the place of the human rights in the political community. It was the question for us to try to move the ambivalent ambiguity which subtracts the rights of the human of the political community or expect the political community rights without the rights of the man. This concern appears as the main one in the question of the universality of human rights. This means that the challenge of democracy in our contemporary world regarding the issue of human rights opposes liberal societies and communitarian ones. If in communitarian societies human does not exist and if in liberal societies the community would have lost its signification, then we ask the question of whether to release him from his political community? That's the question we asked ourselves before starting this inquiry. At this step, we believe that the philosophy of communicative rationality through the ethics of discussion that we studied with Jürgen Habermas, allows us to say that it is possible to reconcile the human and politic community and this community needs to recognize the rights of the man.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Nanterre. Service commun de la documentation. Bibliothèque virtuelle.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.