Écrire le cancer : l’entrée en littérature de l’autopathographie : le cas italien

par Silvia Rossi

Thèse de doctorat en Langues littératures et civilisation romanes : Italien

Sous la direction de Christophe Mileschi.

Soutenue le 21-03-2016

à Paris 10 , dans le cadre de Ecole doctorale Lettres, langues, spectacles (Nanterre) .


  • Résumé

    L’objectif de cette thèse est d’analyser les écritures de personnes atteintes du cancer. La première partie de notre travail se focalise sur la description des caractéristiques des six ouvrages constituant notre corpus. Nous proposons de les nommer « autopathographies », c’est-à-dire de les définir comme des récits rétrospectifs en prose qu'une personne fait de sa propre maladie, dans lesquels il y a identité entre l’expérience de maladie de l’auteur (tel qu’il figure par son nom sur la couverture), celle du narrateur du récit et celle du malade dont on parle. Le rapport qui s’instaure entre la maladie et l’écriture est à la base de la structure interne de la deuxième et de la troisième partie de notre travail. Dans la deuxième partie, nous analysons le lien entre le cancer et l’écriture : nous démontrons le rôle du corps malade comme objet de l'écriture, mais aussi comme cause et source, dans la mesure où l’attention au corps et à son langage façonne les récits. Le langage choisi pour décrire le cancer est l’objet de l’analyse menée dans la troisième partie. En nous basant sur la segmentation faite dans la deuxième partie, nous identifions les métaphores mobilisées par les patients pour décrire la maladie et le parcours de soins. Notre travail démontre l’existence d’une écriture basée sur l’expérience directe de patients qui enrichit le langage pour « dire » le cancer et la représentation de cette maladie. En annexe se trouvent le fruit de nos entretiens inédits avec Giacomo Cardaci, Cristina Piga et Melania Rizzoli, auteurs de trois des autopathographies analysées.

  • Titre traduit

    Cancer Narratives : autopathographies in Literature : the Italian Case


  • Résumé

    The aim of our work is to investigate the narrative of people diagnosed with cancer. The first part of our study focusses on the description of the characteristics of the six works composing our corpus. We define them « autopathographies », meaning « retrospective prose narrative written by a real person concerning his or hers own illness experience »; in these narratives the experience of illness of the author (whose name designates a real person), the one of the narrator and of the one of principal character are identical. The relationship between cancer and writing is the basis of the structure of the second and of the third part of our research. The aim of the second part is to elucidate the link between cancer and writing; we prove that the diseased body is the topic, cause and source of the autopathographies, since the attention accorded to the diseased body models the story. In the third part of my PhD we focus on the language used to describe cancer. The analysis done in the second part is a starting point to identify the metaphors used by the patients to describe cancer and their experience of illness. Our work demonstrates the existence of a narrative based on the patients’ illness experiences and this narrative enriches the language used to “tell” cancer and its representation. Appendices: synopsis of the autopathographies and interviews of Giacomo Cardaci, Cristina Piga and Melania Rizzoli.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Nanterre. Service commun de la documentation. Bibliothèque virtuelle.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.