Addictions et traumatismes, de l’évitement à la répétition élaborative : le recours à l’objet d’addiction comme recherche d’élaboration des expériences traumatiques précoces et actuelles

par Alexandre Sinanian

Thèse de doctorat en Psychologie

Sous la direction de François Pommier et de Gérard Pirlot.

Soutenue le 26-02-2016

à Paris 10 , dans le cadre de École doctorale Connaissance, langage et modélisation (Nanterre) , en partenariat avec CLInique PSYchanalyse Développement (Nanterre) (laboratoire) .

Le président du jury était Magali Ravit.

Le jury était composé de François Pommier, Gérard Pirlot, Magali Ravit, Didier Drieu, Nathalie de Kernier.

Les rapporteurs étaient Magali Ravit, Didier Drieu.


  • Résumé

    La question du lien entre traumatisme et addiction fait aujourd’hui l’objet de multiples recherches psychopathologiques, épidémiologiques ou encore neurobiologiques. Dans une approche psychodynamique, ce travail de thèse propose d’explorer le sens de la répétition compulsive addictive sous l’angle du traumatisme psychique. Il interroge en quoi le recours aux addictions traduit, aux côtés des effets négatifs de déliaison et d’anesthésie psychique, qui luttent contre le retour de l’expérience traumatique, une recherche insistante d’élaboration des situations extrêmes de la subjectivité. En effet, la traumatophilie addictive vient également dans un mouvement sensoriel extrême auto-administré, réactualiser les expériences de détresse primaire en attente d’intégration, effet positif du traumatisme. A partir d’une méthodologie croisée à dominante qualitative composée d’outils standardisés (MINI et TAS-20), d’épreuves projectives (Rorschach et TAT) et d’entretiens non-directifs de recherche, nous rencontrons 6 sujets hospitalisés pour sevrage de leur addiction aux substances psychoactives, ainsi que pour leurs troubles psychotraumatiques. Nous discutons de l’impact des traumatismes se révélant hypercomplexes et multicausales et constatons qu’il est nécessaire, en parralèle à des événements de vie potentiellement traumatiques, d’être attentif aux traumas liés à la qualité de la relation à l’objet primaire et aux atteintes de l’intégrité corporelle. Nous repérons des fonctions de protection ou encore de réparation narcissique, tout en considérant pour autant qu’il ne s’agit plus uniquement d’envisager le défaut de mentalisation et de contenance ni le besoin de lever l’addiction, pour accéder au vécu traumatique. En effet, les formes d’addictions traumatiques représentent également une tentative de retournement passif-actif par l’emprise, cherchant paradoxalement à soigner le mal en s’infligeant un autre mal « contrôlé », soit d’avoir le sentiment d’être acteur de son existence, quand bien même c’est au prix de l’autoconservation. Elles sont notamment porteuses d’un message adressé à l’objet, et révélatrices des traumatismes en attente de contenance et d’interprétation. Les traumas narcissiques risquent, si l’expérience ne peut s’historiser, de continuer inlassablement à se répéter corporellement si personne ne se prête à entendre la recherche insistante de figuration et de symbolisation contenue dans les mises en acte addictives.

  • Titre traduit

    Addictions and trauma, from avoidance to elaborative repetition : the use of addiction as a research tool in the elaboration of early and actual traumatic experiences


  • Résumé

    Today, the question pertaining to the link between traumatism and addictions is prevalent in multiple research areas including epidemiology, psychopathology and neurobiology. From a psychodynamic approach this thesis aims to explore the meaning of compulsive addictive repetition from the perspective of psychological trauma. It explores the way in which, despite the negative impact of psyche anesthesia and disconnection, which struggles against the return of the traumatic experience, the act of resorting to addictions represents a quest, which insists upon the elaboration of extreme subjective situations. Indeed, in an extreme self-administered sensorial movement, addictive traumatophilia also recreates the primary distressing experiences waiting to be integrated. This would constitute the positive effect of the trauma. Using a cross methodology with a dominant qualitative approach, comprised of standardized tools (MINI and TAS-20), projective tests (Rorschach and TAT) and non-directive research interviews, we met six subjects hospitalized for withdrawal from psychoactive substances and for their psychotraumatic difficulties.We discuss the impact of extremely complex and multi-causal traumas and grasp the necessity of being attentive to traumas related to the quality of the relationship with the primary object and to the integrity of the body, in parallel to life events, which are potentially traumatic. We identify protective functions or narcissistic repairs, while considering that gaining access to the traumatic experience is no longer only about the faults of mentalization and of containment. Indeed, the forms of traumatic addictions equally represent an attempt of a passive-active reversal by influence, seeking paradoxically to heal the hurt by inflicting another “controlled” pain, to have the feeling of being in control of one’s own existence, even if it comes at the price of self-preservation. It is to be noted that they carry a message addressed to the object, which reveal the traumas waiting to be contained and interpreted. If the experience cannot be integrated and if no one is able to listen to the insistent research of figuration and symbolization found in the addictive behavior, narcissistic traumas may continue on tirelessly repeating themselves through the body.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Nanterre. Service commun de la documentation. Bibliothèque virtuelle.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.