Le Mur comme catégorie esthétique centrale dans la création cinématographique de Michelangelo Antonioni (et quelques liens transfilmiques).

par Véronique Buyer

Thèse de doctorat en Études cinématographiques

Sous la direction de Patrick Louguet.

Soutenue le 26-11-2016

à Paris 8 , dans le cadre de École doctorale Esthétique, sciences et technologie des arts (Saint-Denis, Seine-Saint-Denis) , en partenariat avec Esthétique, sciences et technologies du cinéma et de l'audiovisuel (équipe de recherche) .

Le président du jury était Didier Coureau.

Le jury était composé de Patrick Louguet, Fabienne Costa, Dork Zabunyan.

Les rapporteurs étaient Vincent Amiel.


  • Résumé

    Au-delà de l'importance de l'espace dans l’œuvre de Michelangelo Antonioni, considérer le mur permet de mettre en évidence le rapport entre le corps sensible des personnages et leur environnement à partir de cet élément à échelle humaine et de découvrir que le mur apparaît également dans des configurations qui ne font plus appel à la notion de volume, mais à celle, métacinématographique, d'écran. En examinant les différents aspects que le terme « mur » recouvre dans l’œuvre, mon propos s'attache à démontrer que si le mur devient catégorie esthétique c'est par son omniprésence à l'écran mais aussi par sa capacité à s'étendre à toutes les dimensions de la fable. La thèse s'organise selon deux idées-cinéma : le mur-objet – qui considère le mur selon son acception la plus concrète – et le mur-écran – pour souligner la proximité du mur, devenu surface, avec l'écran cinématographique. À chaque étape, des lignes transversales sont tendues vers d'autres œuvres et d'autres arts. À partir du mur, élément en apparence stable et immuable, se dévoile un mouvement de libération inhérent à l’œuvre. Les murs sont surfaces de déplacements, formes en mouvement qui entraînent les personnages le long des lignes de déterritorialisation qu'ils proposent. Comme dans sa réalité concrète entre deux espaces, le mur se situe toujours à une limite. Penser le mur, c'est se confronter à cette limite, lieu de basculement, lieu d'instabilité.

  • Titre traduit

    The Wall as the central esthetic category in the film creation of Michelangelo Antonioni (and some transfilmic links)


  • Résumé

    Beyond the importance of spaces in Michelangelo Antonioni's work, considering the wall allows to highlight the relationships between the characters' sensitive bodies and their environment from this human scale element and to discover that the wall also appears in configurations which do not depend on the notion of volume but on the metacinematographic notion of screen. By studying the various aspects the term "wall" recovers, I attempt to demonstrate that the wall becomes esthetic category by its omnipresence but also by its capacity to extend in all the dimensions of the fable. The thesis is organized according to two ideas-cinemas: the wall-object - which considers the wall according to its most concrete meaning - and the wall-screen - to underline the closeness of the wall, as a surface, with the film screen. In every stage, transverse lines are tightened towards other works and other arts. From this seemingly stable and unchanging element unfold a movement of liberation inherent to the work. Walls are surfaces of movements, forms in movement which lead the characters along the lines of deterritorialisation they propose. As in its concrete reality between two spaces, the wall is always on a limit. Considering the wall is confronting with this limit, this place of shift and instability.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris 8-Vincennes Saint-Denis (Sciences humaines et sociales-Arts-Lettres-Droit). Service Commun de la Documentation. (Saint-Denis) .
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.