Identité visuelle de musées à Paris et New York : approche croisée en sociosémiotique et en recherche-action.

par Gwenaëlle de Kerret

Thèse de doctorat en Sciences de l'information et de la communication

Sous la direction de Bernadette Nadia Saou-Dufrêne.

Le président du jury était Valérie Brunetière.

Le jury était composé de Bernadette Nadia Saou-Dufrêne, Axel Gryspeerdt, Jeffrey Raven.

Les rapporteurs étaient Martine Regourd.


  • Résumé

    Université Paris 8 Gwenaëlle de KerretRÉSUMÉThéorisée dans un premier temps par les sciences de gestion et le marketing, la notion d’identité visuellecommence à être utilisée dans les institutions muséales. Mais pour un musée, elle recouvre des pratiques plusvariées que pour une marque commerciale : l’identité visuelle d’un musée comprend son design graphique(notamment le logotype), mais aussi son architecture et la mise en espace des collections, donnés à voircomme des images emblématiques. Au regard des sciences de l’information et de la communication, l’identitévisuelle peut être considérée comme un dispositif médiatique : elle consiste en une interface organisée etproduite par un groupe social, à destination d’un public. Mais plus qu’un dispositif médiatique, peut-elle êtreconsidérée comme un outil de management de la « marque » muséale ?Cette thèse interroge l’identité visuelle de plusieurs musées d’art en France et aux États-Unis, au regard dumodèle de la marque et de la théorie de l’esthétique des organisations, à partir d’une approchesociosémiotique. Se fondant sur l’histoire des institutions, sur des entretiens auprès d’acteurs et sur uneanalyse des productions visuelles actuelles, elle envisage comment les images construisent un système visuelidiosyncrasique et une forme de récit sur le musée. Une recherche-action dans le cadre des études de publicpermet par ailleurs d’explorer la question de la réception des signes visuels et de leur rôle dans la constructionde « l’imaginaire » du musée chez les publics. À la lumière de cette expérience et des entretiens, la thèsedébouche sur un ensemble de propositions pour améliorer la création et le pilotage des systèmes visuels dansles musées.


  • Résumé

    First theorized by management science and marketing, the notion of visual identity is now starting to be usedby museums. But for a museum, visual identity includes a wider spectrum of practices than for a commercialbrand: in addition to graphic design (notably the logotype), there is the museum’s architecture and the layoutof the collection, which position emblematic images. In the field of Information and Communication Sciences,visual identity can be considered as a media device: it consists of an organized interface, produced by a socialgroup and addressed to a public. But more than a media device, can it be considered as a tool to manage themuseum “brand”?This dissertation analyzes the visual identity of several art museums in France and the United States, in regardto the brand model and the theory of organizational aesthetics, from a socio-semiotic approach. Based onmuseums’ history, stakeholder interviews and analysis of current visual materials, it considers how imagesbuild an idiosyncratic visual system and the start of a narrative about the museum. Action-research done bymeans of a public survey also allows an exploration of the question of how visual signs are received and theirrole in the construction of a museum’s “collective imagination” in the eyes of the public. In light of thisexperience and these interviews, the dissertation finally suggests a method to help museums create andmanage their visual systems.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris 8-Vincennes Saint-Denis (Sciences humaines et sociales-Arts-Lettres-Droit). Service Commun de la Documentation. (Saint-Denis) .
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.