Ciné-Géographie hongkongaise. Le Hong Kong cinématographique, outil du soft power chinois

par Nashidil Rouiai

Thèse de doctorat en Géographie politique, culturelle et historique

Sous la direction de Louis Dupont.

Le président du jury était Benoît Raoulx.

Le jury était composé de Louis Dupont, Catherine Fournet-Guérin, Barthélémy Courmont, Olivier Milhaud.


  • Résumé

    Cette thèse s'intéresse à la place de la ville dans les films, aux qualités de l'urbain mises en avant par le cinéma, et à la portée géopolitique des représentations de la ville pour l'État qui l'abrite et qu'elle incarne. Les films structurent notre imaginaire, mais également notre réel, c'est à dire notre rapport à la réalité, notre lecture du monde au quotidien. Ils font le lien entre nos connaissances et nos croyances. En somme, ils construisent notre regard et orientent nos représentations. C'est à ce titre qu'ils deviennent des outils politiques et participent aux stratégies d'influence étatiques. En focalisant l'analyse sur la représentation ciné-géographique de Hong Kong et sur son impact pour le soft power chinois, ce travail de recherches interroge la métropole hongkongaise et son rapport à la Chine, mais également l'importance nouvelle que la République Populaire accorde au soft power, ainsi que la place que tiennent le cinéma et les représentations cinématographiques de son territoire, dans sa politique d'influence. En prenant en compte les représentations cinématographiques de la métropole hongkongaise produites par Hollywood, cette thèse questionne enfin la manière dont l'Occident se saisit d'un territoire de l' « ailleurs ». À ce titre, elle interroge non seulement la relation spatiale et symbolique entre ici et autre part, mais aussi entre nous et autrui.

  • Titre traduit

    “Cine-Geography” of Hong Kong. The Cinematic Hong Kong as a Tool of the Chinese Soft Power


  • Résumé

    This thesis focuses on the role that cities occupy in films, on the urban traits they project, and on the geopolitical values of such representations to the governing State. Films not only provide structure for our imaginations, they also play a part in the perception of ‘realness’: how we perceive the real world in our daily lives, establishing a connection between our knowledge and our beliefs. As such, they construct the framework in which we view the world and also influence our representations and perceptions. As such, they become political tools, used as mass influencers by the State. Focusing on the analysis of how Hong Kong is represented in films and also on the impact these representations have on Chinese soft power, this thesis examines the metropolis of Hong Kong and its relationship with China, but also questions the People’s Republic of China’s newly placed importance on the idea of soft power, as well as the way its territories are represented in films. Taking into account Western approaches of cinematographic representations of Hong Kong, especially those originating from Hollywood, but also representations originating from Hong Kong, this thesis questions the way in which the West appropriates the notion of ‘otherness’. In summary, not only the spatial and symbolic relationship between here and there is examined, but also between them and us.


Le texte intégral de cette thèse n'est pas accessible en ligne.
Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.