Juan Ginés de Sepúlveda, un philosophe devant la barbarie

par Gilles Bienvenu

Thèse de doctorat en Études romanes espagnoles

Sous la direction de Louise Bénat Tachot.

Le président du jury était Alain Tallon.

Le jury était composé de Louise Bénat Tachot, Pablo Fernández Albaladejo, Serge Gruzinski, Jean-Michel Sallman.


  • Résumé

    La signification de l’œuvre de Juan Ginés de Sepúlveda, philosophe et historien espagnol du XVIè siècle ne fait aujourd’hui l’objet d’aucun consensus : s’agit-il d’un scolastique attardé au siècle de la Renaissance, d’un précurseur du catholicisme post tridentin, d’un crypto-luthérien, ou de l’un des grands humanistes de son temps ? Quelle est la portée exacte des thèses qu’il formula en 1550-1551 à Valladolid pour défendre la légitimité des guerres espagnoles dans le Nouveau Monde ? Après avoir suivi pas à pas la formation intellectuelle du philosophe, les débats auxquels il prit part (contre Erasme, Luther, ou Las Casas) et analysé son œuvre d’historien, notre recherche fait apparaître l’orientation profondément rationaliste et universaliste de sa démarche. Elle met en lumière l’importance, pour la pensée politique occidentale, de la définition qu’il donne de la barbarie. Dépourvue de toute connotation inégalitaire fondée sur la race ou la religion, cette définition, politique et morale, décrit la barbarie comme résultant d’institutions publiques attentatoires à la loi naturelle. Elle affirme le pouvoir critique de la Raison humaine à l’égard des institutions et des pouvoirs, dans le Nouveau Monde comme dans l’Ancien.

  • Titre traduit

    Juan Ginés de Sepúlveda : A philosopher looks at barbarism


  • Résumé

    There is currently no consensus as to the significance of the work of sixteenth-century Spanish philosopher and historian Juan Ginés de Sepúlveda: was he an anachronistic scholastic in the century of the Renaissance, a precursor of post-Tridentine Catholicism, a crypto-Lutheran, or one of the great humanists of his time? What is the actual import of the arguments he put forward in Valladolid in 1550–1551 in defending the legitimacy of Spain's conquests in the New World? Founded on step-by-step examination of his intellectual training and the debateshe took part in (against Erasmus, Luther and Las Casas), and on close study of his work as a historian, my research reveals the deeply rationalist and universalist tendency of his approach and sheds fresh light on the importance, for Western political thinking, of his definition of barbarism. Devoid of all inegalitarian connotations based on race and religion, this political and moral definition describes barbarism as produced by public institutions detrimental to naturallaw, and asserts the critical power of human Reason with respect to institutions and constituted authority in the New World as in the Old.


Le texte intégral de cette thèse n'est pas accessible en ligne.
Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.