Les partitions pour pipa de Dunhuang : édition et interprétation

par Estelle Weiping Wang

Thèse de doctorat en Musique et musicologie

Sous la direction de François Picard.

Soutenue le 07-12-2016

à Paris 4 , dans le cadre de École doctorale Concepts et langages (Paris) , en partenariat avec Institut de Recherche en Musicologie (Paris) (laboratoire) .

Le président du jury était Rembrandt Wolpert.

Le jury était composé de Apollinaire Anakesa Kululuka, Violaine Anger, Alice Tacaille.


  • Résumé

    Les partitions pour pipa de Dunhuang (fin dynastie Tang, début époque Song), copiées sur les manuscrits P. 3539, P. 3808 et P. 3719 conservés à la BnF ont été découvertes par Paul Pelliot en 1908 dans la grotte numéro 17 du site de Mogao en Chine. Cette thèse décrit les influences musicales et culturelles apportées en Chine par la route la soie, notamment la musique koutchéenne, puis réalise le bilan des études de ces partitions, menées depuis plus de soixante-quinze ans par les plus grands spécialistes dont Hayashi Kenzō, Ren Erbei, Rao Zongyi, Ye Dong, He Changlin, Chen Yingshi, Xi Zhenguan, Rembrandt Wolpert et François Picard. Il est admis qu’il s’agit de partitions en tablature pour un luth pipa à quatre cordes et quatre frettes, tel qu’il existait à l’époque. Les discussions en cours entre les chercheurs sur la tonalité, le rythme et le tempo, l'origine, le genre et l'organisation de ces pièces sont exposés et critiqués. Le logiciel conçu d'après mes spécifications pour faciliter leur étude et produire leur transcription sur portée est décrit. Mes propositions de transcription des vingt-cinq pièces de P. 3808 sont analysées en détail et comparées entre-elles. L'enregistrement de leur interprétation sur pipa de Nanyin, instrument actuel le plus proche des anciens luths, constitue l'aboutissement de ce travail.

  • Titre traduit

    The Dunhuang scores for pipa lute : Edition and interpretation


  • Résumé

    The Dunhuang pipa scores (end of Tang dynasty, beginning of Song period), copied on the manuscripts P. 3539, P. 3808 and P. 3719, now kept in the BnF, were discovered by Paul Pelliot in 1908 in the Mogao cave number 17 in China. This thesis describes the musical and cultural influences brought to China by the silk road, including Kuchan music, then reviews the studies of these partitions, conducted over seventy-five years by leading experts including Hayashi Kenzō, Ren Erbei, Rao Zongyi, Ye Dong, He Changlin, Chen Yingshi, Xi Zhenguan, Rembrandt Wolpert and François Picard. It is recognized that they are tablature partitions for a pipa lute with four strings and four frets, as it existed at that time. Ongoing discussions between researchers about the tone, rhythm and tempo, origin, gender and organization of these scores are exposed and criticized. The software designed according to my specifications to facilitate their study and produce their transcription is described. My transcription proposals of the twenty-five pieces of P. 3808 are analysed in detail and compared with each other. The recording of their interpretation with a Nanyin's pipa, current instrument closest to the ancient lutes, is the culmination of that work.


Le texte intégral de cette thèse n'est pas accessible en ligne.
Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.