La notion de simplicité comme concept de création dans la musique contemporaine en Allemagne : positionnement entre sources et légitimation

par Viviane Waschbüsch

Thèse de doctorat en Musique et musicologie

Sous la direction de Marc Battier.

defended on 05-12-2016

à Paris 4 , dans le cadre de École doctorale Concepts et langages (Paris) , en partenariat avec Institut de Recherche en Musicologie (Paris) (laboratoire) .

Le président du jury était Giordano Ferrari.

Thesis committee members: Pierre Albert Castanet, Fuyuko Fukunaka, Gesine Schröder.


  • Résumé

    Cette thèse propose une approche transversale entre différentes disciplines : musicologie historique, musicologie analytique (analyse des œuvres et génétique de l’œuvre) et sociologie des arts (analyse socio-économique et analyse sociologique de la trajectoire de l’œuvre). Les compositeurs de la « Nouvelle Simplicité » sont à l’origine d’un courant compositionnel très large réintégrant les formes musicales traditionnelles dans une interprétation nouvelle, réactivant la fonction de la polarité des consonances et des dissonances. La notion de « simplicité » et les idées qui ont émergé de ce concept ont ainsi été un catalyseur qui a participé à l’établissement du postmodernisme en Allemagne. Toutefois, la génération de la « Nouvelle Simplicité » et leurs idées et concepts en communs ont trouvé une fin brutale avec la chute du mur de Berlin et les changements culturels et politiques induits par ce bouleversement. Les évolutions politiques et la création d’une nouvelle Akademie der Künste Berlin qui représentait une fusion de l’Akademie der Künste Berlin est et ouest ont abouti à une opposition entre deux signataires du premier manifeste de cette génération de compositeurs : W. Rihm, avec son abstention du débat, et H-J. von Bose, avec son retrait de l’Akadémie der Künste Berlin (il sera suivi de plusieurs autres artistes tels que G. Ligeti et G. Baselitz). Cela marque la fin définitive de la collaboration de cette génération de compositeurs.

  • Titre traduit

    The notion of simplicity as a design concept in contemporary music in Germany : positioning between sources and legitimation


  • Résumé

    This thesis proposes a cross-disciplinary approach between: historical musicology, analytical musicology (analysis of pieces and the genetics of the piece) and art sociology (socio- economic analysis and sociological analysis of artistic practice). The "New Simplicity" composers were the source of a very wide compositional current reintegrating traditional musical forms in a new interpretation, reactivating the function of the polarity of consonance and dissonance. The notion of "simplicity" and ideas that emerged from this concept were a catalyst that contributed to the establishment of postmodernism in Germany. However, the generation of the "New Simplicity" and their shared ideas and concepts came to an abrupt end with the fall of the Berlin Wall and the cultural and political changes induced by this upheaval. Political developments and the creation of a new Akademie der Künste Berlin representing a fusion of Akademie der Künste Berlin East and West led to an opposing position between two first manifesto signatories of this generation of composers: W. Rihm with his abstention from the debate and H-J. von Bose with his withdrawal from the Akademie der Künste Berlin in common with many other artists such as G. Ligeti and G. Baselitz, marking the definitive end of the collaboration of this generation of composers.


Le texte intégral de cette thèse n'est pas accessible en ligne.
Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.