L’Europe et l’acier (1929-1939). L’invisible république des maîtres de forges au temps des cartels : mythes et réalités

par Paul Feltes

Thèse de doctorat en Histoire des relations internationales

Sous la direction de Éric Bussière.

Le président du jury était Stanislas Jeannesson.

Le jury était composé de Éric Bussière, Charles Barthel, Laurent Warlouzet.


  • Résumé

    Fondée en 1926, la première Entente internationale de l’acier (EIA) était impuissante à contrôler le développement de nouvelles capacités de production dans les pays membres. Les groupes sidérurgiques nationaux réunis dans l’EIA se partageaient des quotas de production. Fin 1929, les maîtres de forges sont convaincus que l’EIA ne peut survivre qu’en passant à une réglementation des exportations. Ils lancent l’entreprise des Comptoirs internationaux d’exportation dont la mise en route s’avère aussi difficile que leur fonctionnement ultérieur. Ils échouent après quelques mois seulement (été 1930). En mars 1931, la première EIA cesse de fonctionner. On assiste alors à un déchaînement sans précédant de la concurrence. Les prix s’effondrent. Les dirigeants des firmes sidérurgiques cherchent alors le salut dans une nouvelle entente internationale. Les tractations aboutissent à la création de la seconde EIA (février 1933) qui, à l’opposé de la première, est axée sur un partage des seules exportations. Elle est coiffée d’une demi-douzaine de Comptoirs de vente internationaux qui règlementent les ventes à l’exportation. En même temps, on note une tendance très nette à la protection mutuelle des marchés intérieurs au sein de l’EIA. Le dépouillement d’une documentation abondante et inédite nous a permis d’analyser le dynamisme interne, les effets et les limites de l’EIA au cours des années trente.

  • Titre traduit

    Europe and Steel (1929-1939). The Invisible Republic of Steelmakers in the time of Cartels : Myths and Facts


  • Résumé

    The International Steel Cartel (ISC), founded in 1926, was unable to control the development of production capacity in the member countries. The steelmakers, who were gathered in the ISC, shared production quota. At the end of 1929, steel producers were convinced that the ISC could only survive by changing over in order to regulate exports. The steel manufacturers of Germany, France, Belgium, Luxembourg and the Saar decided to set up provisional international export syndicates for single products. These export syndicates did not achieve their aim. In March 1931, the ISC ceased to operate so that we are witnessing an outburst of the competition. Prices collapsed. The steel managers were seeking salvation in a new international agreement. The negotiations succeeded in the creation of the second ISC (1933), which, contrary to the first one, was centred on sharing of only exports. It was topped by half a dozen international syndicates, which regulated export sales. At the same time, we can see a very clear trend towards the protection of the internal markets within the ISC. The analysis of new archives allows us a better understanding of the internal dynamism, the effects and limits of the cartel during the thirties.


Le texte intégral de cette thèse n'est pas accessible en ligne.
Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.