Les élèves officiers de marine à la fin du Premier Empire et leur destin

par Hélène Vencent

Thèse de doctorat en Histoire moderne et contemporaine

Sous la direction de Jacques-Olivier Boudon.

Soutenue le 06-09-2016

à Paris 4 , dans le cadre de École doctorale Histoire moderne et contemporaine (Paris) , en partenariat avec Centre d'histoire du XIXe siècle (Paris) (équipe de recherche) .

Le président du jury était Michel Vergé-Franceschi.

Le jury était composé de Xavier Boniface, Alan Forrest.


  • Résumé

    Les écoles spéciales de marine (Brest et Toulon) sont créées par le décret du 27 septembre 1810 par Napoléon et son ministre de la marine Decrès. Après une période révolutionnaire qui fragilise le corps des officiers de marine, cette création s’inscrit dans la réforme du système éducatif de l’empire mais aussi dans la tradition de la formation de l’officier de marine en France. Seulement ces écoles spéciales sont fermées dès la Restauration : seule une génération d’officier a été formée, et seul un tiers de ces élèves est conservé dans la marine. L’étude de leur carrière nous montre que malgré l’épuration de la marine à la Restauration, l’ambition élitiste de Napoléon est conservée et poursuivie à travers les élèves qui parviennent à demeurer dans la marine. La deuxième partie porte alors sur les missions de la marine à travers les yeux et les actions de ces officiers. Ces derniers se démarquent par une véritable vitalité dans les projets et études scientifiques menés, mais aussi à travers les opérations militaires qui marquent l’époque. Cette étude nous montre aussi des hommes qui sont à la fois un lien entre la France métropolitaine et les territoires extra européens par leur métier, et savent s’adapter aux conjonctures politiques de leur époque : politique intérieure et politique extérieure. Une approche plus individuelle est particulièrement développée dans une troisième partie à travers leur vie de famille, l’aspect sanitaire de ce métier très exigeant pour la santé et les rapports que ces officiers entretiennent avec les autorités politiques et la hiérarchie militaire.

  • Titre traduit

    The students navy officers of the First Empire and their future


  • Résumé

    The Navy « Écoles spéciales » (in Brest and Toulon) were created by a bill on Septembre 27th 1810 by Napoleon and his minister of Navy, Decrès. The revolutionary era had weakened the Naval officers corps ; therefore, this decision fit into the larger education reforms by Napoleon but calls back as well to the traditional schooling of Naval officers. But those schools were shut down during the Restauration : Only one generation of officers benefited from these schools and one third of those officers remained in the Navy. Studying their career shows that, in spite of the Navy being purged during the Restauration, Napoleon’s ambition to create an elite was kept alive by those alumni who managed to stay in the Navy. The second part tackles the key objectives of the Navy as seen through the eyes and actions of these officers. These men stand out through the energy they deploy in scientific endeavours and studies, but also through their service in the military operations of the time. This study shines a light on men who, thanks to their chosen profession, are a bridge between France and oversea territories, and know how to navigate the changing politics of their time, both domestically and overseas. Thanks to their logs and reports, we can also take a closer look at the men under the uniform, studying in a third part their family life, the health aspects of their profession and the relationship those officers have with civilian authorities and their hierarchy.


Le texte intégral de cette thèse n'est pas accessible en ligne.
Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.