La culture littéraire dans À la recherche du temps perdu

par Jun Ikeda

Thèse de doctorat en Littérature française et comparée

Sous la direction de Antoine Compagnon.

Soutenue le 09-03-2016

à Paris 4 , dans le cadre de École doctorale Littératures françaises et comparée (Paris) , en partenariat avec CELLF (laboratoire) .

Le président du jury était Sophie Basch.

Le jury était composé de Nathalie Mauriac Dyer, Annick Bouillaguet.


  • Résumé

    La présente thèse est une discussion sur l’aspect de roman-critique de l’œuvre de Marcel Proust, À la recherche du temps perdu (1913-1927). Tout d’abord entamée sous forme de fragments critiques intitulés le Contre Sainte-Beuve, elle se voit, au cours de la rédaction, transformée en un roman. Cette évolution est clairement visible à travers les nombreuses réflexions sur la littérature présentes dans l’œuvre, mais quelle en est la signification ? Notre hypothèse est que l’intérêt de Proust est passé du discours monologique de la critique à celui de la description romanesque des mœurs autour de la littérature. Afin de la justifier, nous examinons les divers aspects des personnages qui parlent de la littérature : nous analysons la manière dont ils évoquent Mme de Sévigné, le duc de Saint-Simon, Victor Hugo et Honoré de Balzac, les quatre écrivains les plus fréquemment mentionnés. Nous comprenons ainsi, que les opinions manifestées par les personnages représentent la réception de chacun des auteurs en question, réception liée à leur caractère et rôle dans le roman. Nous constatons donc que Proust fait avant tout une description de différentes attitudes concernant la littérature sous forme de roman, que la démonstration de ses propres opinions sous forme d’essai critique.

  • Titre traduit

    The literary culture in À la recherche du temps perdu


  • Résumé

    In this thesis, we discuss the aspect of “critique-novel” of Marcel Proust’s À la recherche du temps perdu (1913-1927). Proust originally undertook this novel as a series of fragments of critique that are titled le Contre Sainte-Beuve, but in the process of writing, the uncompleted fragments slid to a novel. This origin partly accounts for the plenty of references to literary works in this roman. Then, what is the point of the transformation from a critique to a novel? Our hypothesis is that this transformation occurs due to the transition of Proust’s main interest—from the monological narration of the critique towards the dialogical and descriptive discourse of the novel of manners, in which characters are concerned with literature in their own way. In order to demonstrate the hypothesis, we examine various aspects of characters who talk of literature in the novel, analyzing their opinion for four most frequently referred authors, Madame de Sévigné, duke de Saint-Simon, Hugo and Balzac. This approach has enabled us to find that the characters’ opinions represent the reception of the authors in question, and that the opinions have a role of typifying and situating the characters in the plot. Therefore we can conclude that Proust chose to draw the behavior of people around literature with the form of novel instead of simply stating his own idea.



Le texte intégral de cette thèse sera accessible sur intranet à partir du 09-03-2021

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.