L'espace immatériel dans le cinéma de Jia Zhangke : une politique du regard

par Camilo Soares

Thèse de doctorat en Arts

Sous la direction de Dominique Chateau.

Le président du jury était José Moure.

Le jury était composé de Dominique Chateau, Karl Sierek, Paulo Carneiro da Cunha Filho.

Les rapporteurs étaient Karl Sierek, Paulo Carneiro da Cunha Filho.


  • Résumé

    La présente thèse propose d’analyser l’approche de l’espace dans le cinéma de Jia Zhangke, le réalisateur le plus représentatif, avec Wang Bing, de la génération indépendante (ou sixième génération) du cinéma chinois, comme une appréhension dialectique, consciente des discours qu’engendrent la représentation du réel. La construction de l’espace dans ses films est ainsi une forme d’engager, par le jugement esthétique, une conscience politique du spectateur à l’appréhension du monde. Jia ainsi fait du registre cinématographique à la fois le témoin privilégié du processus de changements de la Chine actuelle et un espace reconstruit subjectivement au moyen de l’imagination et de la mémoire. Son cinéma formule ainsi une critique subtile de la modernisation rapide et violente en cours, qui engendre la destruction de son paysage historique, la perte des repères culturels de son peuple et le désarroi des gens laissés pour compte. En actualisant des références à la peinture traditionnelle de paysage en Chine, Jia Zhangke tisse l’expression du monde dans son cinéma en tant qu’espace historique, puis espace dialectique et finalement espace immatériel pour observer son historicité, problématiser son présent et finalement proposer au spectateur, à partir de l’expérience esthétique, la conscience de son existence médiale porteuse de puissance d’action.

  • Titre traduit

    Immaterial space in the cinema of Jia Zhangke : a politics of looking


  • Résumé

    5ABSTRACT :This dissertation proposes an analysis of the approach to space in the cinema of Jia Zhangke— a filmmaker, who with Wang Bing, is most representative of the independent generation, or sixth generation, of Chinese cinema— as a form permitting an engagement of political consciousness through the comprehension of space. Through his aesthetics, Jia creates a cinematographic register that is both privileged witness of the processes of change in present-day China and a space subjectively reconstructed through the means of imagination and memory. This dissertation considers how his cinema expresses a subtle critique of the rapid and violent modernisation currently occurring in China, which engenders the destruction of its historical landscape, the loss of local cultural bearings, and the helplessness of those left abandoned. Through making references to traditional Chinese landscape painting, this work explores how Jia constructs the expression of this world in his cinema: as historical space, then as dialectical space, and finally as immaterial space in order to observe its historicity, to problematize its present, and finally to propose to the spectator, departing from aesthetic experience, an awareness of its medial existence carrying a force for action.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.