Le matérialisme discursif : pour une critique féministe de la construction idéologique du "sexe"

par Audrey Benoit

Thèse de doctorat en Philosophie

Sous la direction de Bertrand Binoche.

Soutenue le 08-12-2016

à Paris 1 , dans le cadre de École doctorale Philosophie (Paris) , en partenariat avec Centre d'histoire des philosophies modernes de la Sorbonne (Paris) (équipe de recherche) .

Le président du jury était Emmanuel Renault.

Le jury était composé de Bertrand Binoche, Guillaume Sibertin-Blanc.

Les rapporteurs étaient Philippe Sabot, Judith Revel.


  • Résumé

    On prend pour point de départ le constat d'une résistance dans la réception marxiste française de la thèse féministe de Judith Butler portant sur la construction discursive du «sexe» par le «genre». L'antagonisme apparent du matérialisme et du constructivisme, révélé par la réception française de Trouble dans le genre, invite à chercher, en amont, une solution matérialiste au problème épistémologique de la construction conceptuelle du donné. En remontant à la source de Marx, on peut montrer que sa pensée a nourri, chez Althusser et Foucault, une approche matérialiste du discours qu'on peut qualifier de constructiviste. Au prisme de l'épistémologie historique de Canguilhem, se dessinent des parentés entre Althusser et Foucault qui donnent une postérité inédite à Marx: l'exploration de deux figures du «matérialisme discursif» dans l'archéologie foucaldienne et l'épistémologie althussérienne, permet de rendre caduques les objections empiristes à l'idée d'une construction discursive du« sexe». L'objectif est de proposer une articulation entre le matérialisme marxiste et la pensée queer, en mettant au jour une tradition de pensée qui croise les apports de l'épistémologie historique et du matérialisme, et prend au sérieux la production de la nature et du corps par le discours. Il s'agit de donner à la thèse de Butler les conditions de son audibilité matérialiste et de déterminer en retour la fécondité de sa mise en question du donné pour le marxisme.

  • Titre traduit

    Discursive materialism : for a feminist critical account of the ideological construction of sex


  • Résumé

    This analysis starts by pointing out a reluctance in the French Marxist reception of Judith Butler's feminist theories, mainly those regarding the discursive construction of « sex » by «gender». This apparent conflict between materialism and constructivism encourages us to look upstream for a materialistic solution to the epistemological issue of the conceptual construction of «facts». By getting back at the root of Marx, one can indeed show that his thought has provided input into Althusser's and Foucault's reflections for the development of a materialistic approach of discourse, which may be qualified as contructivist. In the light of Canguilhem's historical epistemology, some philosophical kinship between Althusser and Foucault takes shape, which provides a previously unseen posterity to Marx : the examination of two features of «discursive materialism» in Foucault's archeology and in Althusser's epistemology enables to make null and void the empiricist objections at the idea of a discursive construction of «sex». The goal is to pro vide a philosophical junction between Marxist materialism and queer theory, by highlighting a tradition of thought which combines the contributions of historical epistemology and materialism, and which takes seriously into consideration the production of nature and body by discourse. The goal is to provide Butler's theory with the means to be heard as a materialistic account, and in return to specify for marxism what it might gain when this theory challenges the given facts.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque Cujas de droit et de sciences économiques (Paris).
  • Bibliothèque : Bibliothèque électronique de l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.