Sijilmassa et le Tafilalt (VIIIe-XIVe siècles) : éclairages sur l'histoire environnementale, économique et urbaine d'une ville médiévale des marges sahariennes

par Chloé Capel

Thèse de doctorat en Archéologie

Sous la direction de Jean Polet.

Soutenue le 08-06-2016

à Paris 1 , dans le cadre de École doctorale Archéologie (Paris) , en partenariat avec Archéologies et sciences de l'Antiquité (Nanterre) (équipe de recherche) et de Archéologies et sciences de l'Antiquité (Nanterre) (laboratoire) .

Le président du jury était Christophe Picard.

Le jury était composé de Jean Polet, Patrice Cressier, Ronald, A. Messier.

Les rapporteurs étaient Abdallah Fili.


  • Résumé

    Etudier la ville médiévale de Sijilmassa (Maroc) par le biais des données archéologiques, et non plus à partir des seules sources textuelles, constitue un changement de paradigme qui n’a été, à ce jour, que peu approfondi. Percevoir cette cité saharienne et son oasis par le biais de données intrinsèques, et non plus uniquement par la perception qu’en avaient les voyageurs, les géographes et les chroniqueurs venus de l’extérieur, permet pourtant un renouvellement important des questionnements et des connaissances au sujet de ce carrefour caravanier du sud marocain. Cette thèse de doctorat se propose, au moyen de l’exploitation des archives de fouilles inédites du Moroccan-American Project at Sijilmasa (MAPS) et des données tirées de nouvelles prospections archéologiques menées au Tafilalt, la région de Sijilmassa, de procéder à une nouvelle lecture de l’histoire de la ville saharienne en s’appuyant sur deux axes d’étude principaux : l’histoire environnementale de la cité et l’histoire urbaine du site archéologique. En procédant par éclairages successifs, du fait du caractère disparate du corpus documentaire, cette recherche s’inscrit pleinement dans l’héritage de l’équipe maroco-américaine dont elle est totalement tributaire, tout en dépassant les conclusions de ce précédent programme : elle met en évidence de grandes dynamiques, économiques, écologiques, démographiques et sociales, permettant d’expliquer la place prépondérante qu’a acquis, durant toute l’époque médiévale, cette cité dans l’histoire du commerce africain et de mieux cerner ses processus d’émergence, de déclin et de transformation.

  • Titre traduit

    Sijilmasa and the Tafilalt (8th-14th centuries) : lights on environmental, economic and urban history of a medieval city on the saharan margins


  • Résumé

    Studying medieval Sijilmasa (Morocco) through archaeological data, and not just from textual sources, is a paradigm shift that has not, to date, been done in sufficient depth. Perceiving this Saharan oasis city through intrinsic data, rather than only through the perception of outside travelers, geographers and chroniclers, allows a significant reopening of questioning about this caravan crossroads in southern Morocco. This thesis proposes, through the exploitation of unpublished excavation archives of the Moroccan-American Project at Sijilmasa (MAPS) and data from new archaeological surveys conducted in the Tafilalt region of Sijilmasa, to reread the history of the Saharan city relying on two main research areas: environmental history of the city and urban history of the archaeological site. Proceeding by successive steps and considering the disparate nature of the documentary corpus, this research is fully the beneficiary of the Moroccan-American team upon which it is totally dependent, all while being able to add to the conclusions of the previous program. It reveals major economic, ecological, demographic and social dynamics to explain the city’s emergence, decline, and transformation, as well as the prominence that it acquired, throughout medieval times, in the history of African trade.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque Cujas de droit et de sciences économiques (Paris).
  • Bibliothèque : Bibliothèque électronique de l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.