La guerre pour les idées en Amérique latine : relations politiques et culturelles avec l'Union soviétique : une approche comparative (Cuba-Chili, 1959-1973)

par Rafael Pedemonte

Thèse de doctorat en Histoire

Sous la direction de Marie-Pierre Rey et de Alfredo Riquelme Segovia.

Le président du jury était Annick Lempérière.

Le jury était composé de Marie-Pierre Rey, Alfredo Riquelme Segovia.

Les rapporteurs étaient Alvar de La Llosa, Manuel Gárate Chateau.


  • Résumé

    Après l'arrivée au pouvoir des révolutionnaires cubains en 1959, l'Amérique latine s'insère de plain-pied dans la« guerre froide pour les idées», suscitant un intérêt croissant de la part des deux superpuissances : les États-Unis et l'Union soviétique. Quant à cette dernière, le bouleversement social à Cuba incite le Kremlin à porter un regard intéressé sur l'île des Caraïbes, un pays qui deviendra plus tard, après une phase de divergences (1962-1968), un allié fidèle de Moscou. Mais le rapprochement de l'URSS avec La Havane entraîne également une doctrine spécifique envers d'autres pays du continent latino-américain. C'est le cas du Chili, un État qui, sous la présidence d'Eduardo Frei (1964-1970), noue des accords ambitieux avec l'Est, encourageant des échanges accrus. Cette tendance, interrompue tragiquement suite au coup d'État de Pinochet en septembre 1973, se renforcera après la victoire électorale de Salvador Allende en 197 0. Outre l'essor des relations politiques ou économiques, l'administration soviétique à l'ère de Nikita Khrouchtchev s'efforce de mettre en place une vigoureuse diplomatie culturelle, ce qui se traduira par des interactions grandissantes avec la Cuba castriste et le Chili des années 1960 et 1970. Alors qu'à Santiago, la culture soviétique est appelée à dévoiler un côté positif d'un pays méconnu, à Cuba, elle devient vite un indice des liens privilégiés tissés entre deux États qui font désormais partie du même« camp idéologique». Cependant, les effets que les échanges culturelles produisent ne sont pas les mêmes dans les deux régions analysées, engendrant des représentations sociales hétérogènes, voire ambivalentes, indissociables de chaque contexte. Par le biais d'une perspective comparative, fondée sur les priorités soviétiques à Cuba et au Chili, il est possible de prendre la mesure des spécificités de la politique extérieure du Kremlin en Amérique latine ainsi que des effets variés que la nouvelle proximité provoque. Cette approche nous autorise aussi à constater que les rapports à l'égard d'un État conditionnent souvent la politique menée envers l'autre, érigeant une « logique triangulaire» des relations URSS-Chili-Cuba.

  • Titre traduit

    The war for the ideas in Latin America : political and cultural relations with the Soviet Union : a comparative analysis (Cuba-Chile, 1959-1973)


  • Résumé

    After the Cuban Revolution in 1959, Latin America became a crucial point of the "Cold War for the ideas", generating a growing interest of both United States and Soviet Union. Concerning USSR, social transformation of Cuba encouraged the Kremlin to have an attentive eye on the Caribbean island, a country that will become, after a phase of divergences (1962-1968), a faithful Moscow's ally. But the rapprochement between USSR and Havana also foster a specific doctrine with regard to other Latin American countries. It was the case of Chile, a state that during Eduardo Frei's administration (1964-1970) signed ambitious agreements with the East, encouraging bilateral exchanges. This trend, brutally interrupted by Pinochet’s coup d'état in September 1973, strengthened after the election of Salvador Allende in 1970. Beyond the growth of political and economic relations, Khrushchev’s administration made an effort to consolidate a powerful cultural diplomacy, which will result in increasing interactions with Castro’s Cuba and Chile of the 1960s and the early 1970s. While in Santiago, Soviet culture was supposed to unveil a positive facet of a largely ignored country, in Cuba, it became rapidly a mark of the privileged links built between two states belonging to the same "ideological camp". Nonetheless, the effect of cultural exchanges was not the same in the different areas analyzed, engendering heterogeneous and even ambivalent social representations that were deeply associated to each context. On the basis of a comparative approach, focused on Soviet priorities in Cuba and Chile, it is possible to measure the nature of Kremlin's foreign policy in Latin America, as well as the various consequences of the new international proximity. This standpoint also allows us to remark that relations with one state may determine the policy towards other nations, configuring a "triangular articulation" of Soviet-Chilean-Cuban relations.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque Cujas de droit et de sciences économiques (Paris).
  • Bibliothèque : Bibliothèque électronique de l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.