La crise de la civilisation selon Raymond Aron à travers l'exemple européen

par Olivier de Lapparent

Thèse de doctorat en Histoire des relations internationales

Sous la direction de Robert Frank.

Soutenue le 25-11-2016

à Paris 1 , dans le cadre de École doctorale d'Histoire de l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (Paris) , en partenariat avec Sorbonne Identités, relations internationales et civilisations de l’Europe (Paris) (équipe de recherche) et de Identites- relations internationales et civilistions de l'Europe / IRICE (laboratoire) .

Le président du jury était Jean-François Sirinelli.

Le jury était composé de Robert Frank, Laurence Badel, Sylvain Schirmann.

Les rapporteurs étaient Éric Bussière.


  • Résumé

    Le déclin de l'Europe au XXe siècle est un fait incontestable. Peut-on ou doit-on franchir le pas et affirmer que l'Europe, comme civilisation, est condamnée à la décadence? Raymond Aron a analysé durant plus de 50 ans l'évolution de l'Europe à travers ses différentes facettes : idée, construction institutionnelle, sentiment. Il affirme la crise de l'Europe, comme crise de civilisation, pour mieux la combattre. L'Europe a un avenir à condition de penser son Histoire. L'Histoire n'est ni la promesse d'un progrès certain ni la condamnation définitive à la décadence. Le réalisme aronien souhaite éviter deux extrêmes : le moralisme et le cynisme. La proposition de cette thèse est l'introduction du terme «oscillation» entre déclin et vitalité historique : de la décadence au déclin, du déclin à la crise, de la crise au conflit, du conflit à la vitalité, de la vitalité à la créativité et de la créativité à l'action. L'oscillation doit mettre en tension l'Europe pour passer de la crise à la métamorphose. La vertu est le chaînon manquant entre déclin et vitalité historique. Elle permet à la tension de revenir à un point d'équilibre. L'accomplissement de la vertu met en pratique la potentialité, la réponse au défi, l'engagement et la vitalité historique. La survie de la civilisation européenne tient en cette ligne de crête fragile mais tremplin vers un renouveau.

  • Titre traduit

    The crisis of civilization according to Raymond Aron through the European example


  • Résumé

    The decline of Europe in the twentieth century is an indisputable fact. Can or should we go ahead and say that Europe, as a civilization, is doomed to decadence? Raymond Aron analyzed for more than 50 years the evolution of Europe through its various facets: idea, institutional building, feeling. He assures the crisis in Europe, as a crisis of civilization, to better fight it. Europe has a future. This is about thinking History. History is not the promise of some progress nor the final sentence to decadence. The realism of Aron wants to avoid two extremes: moralism and cynicism. The proposal of this thesis is the introduction of the word "oscillation" between decline and historical vitality: from decadence to decline, from decline to crisis, from crisis to conflict, from conflict to vitality, from vitality to creativity, and from creativity to action. The oscillation should literally energize Europe so as to transform crisis and conflict. Virtue is the missing link between decline and historical vitality. It allows energy to become harmonious again, to its point of equilibrium. The fulfillment of virtue puts into practice potentiality, the answer to challenge, commitment and historical vitality. The survival of the European civilization lies in this delicate edge that is a springboard to a revival.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?