Lire, écrire, relier : la composition des recueils vernaculaires français et anglais de la fin du Moyen âge

par Octave Julien

Thèse de doctorat en Histoire

Sous la direction de Jean-Philippe Genet.

defended on 29-10-2016

à Paris 1 , under the authority of École doctorale d'Histoire de l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne , en partenariat avec Laboratoire de médiévistique occidentale de Paris (équipe de recherche) .

Le président du jury était Bruno Laurioux.

Le jury était composé de Ezio Ornato, Julia Boffey.

Les rapporteurs étaient Paul Bertrand, Darwin Smith.


  • Résumé

    Cette thèse de doctorat se fonde sur l'analyse d'un corpus de 157 recueils manuscrit s utilisés en France ou en Angleterre entre le XIIIe et le XVe siècle, et dont le contenu, majoritairement en français ou en anglais, est marqué par une certaine diversité. A travers l'analyse codicologique de la forme matériel le et du contenu de ces recueils, elle vise à comprendre leurs modes de composition et la diversité des intérêts des lecteurs dans le domaine vernaculaire. Une première partie méthodologique expose la méthode de constitution du corpus, le cadre de classement utilisé pour catégoriser les textes, et les différents types de recueil du point de vue matériel. Une typologie synthétique des recueils est ensuite proposée. Dans un deuxième temps est analysée la place de ces recueils dans la production manuscrite, puis les logiques à l'œuvre dans l' utilisation des livrets (unités codicologiques produites séparément ou ensemble) et des rajouts manuscrits pour leur composition. Les analyses de la troisième partie se concentrent sur les intérêts, les catégories culturelles et les pratiques d'écriture des lecteurs, tels que ces recueils les révèlent. Après avoir tenté une étude globale des intérêts des lecteurs en fonction de leur position sociale, on propose une analyse de la divergence des modes de réception del' histoire en France et en Angleterre . La dimension pragmatique des recueils anglais est ensuite étudiée dans son contexte social et historique, de même que les interactions entre le droit, la médecine et la culture vernaculaire.

  • Titre traduit

    Reading, Writing and Binding : the Composition of Vemacular Miscellanies in France and in England in the late Middle Ages


  • Résumé

    This thesis studies a corpus of 157 manuscript miscellanies used in France and in England between the 13th and the 15th century, and which contents, mostly in French or in English, are somehow diverse. Through the codicological analysis of the material form and the contents ofthose miscellanies, this thesis aims at understanding their mode of composition and the diversity of the readers's interests in vernacular matters. The firsl part explains the way the manuscripts were selected, the categories used to classify their texts, and the different physical types of miscellanies. A comprehensive typology of those miscellanies is then proposed. The second part focuses on the importance of miscellanies in the global manuscript production , and on the logic of their composition through the use ofbooklets, tillers and notes. The third part of this thesis studies the interests, the cultural framework and the writing habits ofreaders as they are revealed in the corpus.First, their interests are tentative ly confronted to their social starus. Then, a comparison between the ways history was received in France and in England shows a divergence in this regard. The pragmatic habits and tastes ofEnglish readers is then studied in its social and historical context, as are the interactions between law, medicine and vemacular culture.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque Cujas de droit et de sciences économiques (Paris).
  • Library : Bibliothèque électronique de l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.
See the Sudoc catalog libraries of higher education and research.