The role of small farmer cooperatives in the management of voluntary coffee certifications in Costa Rica

par Anna Snider

Thèse de doctorat en Sciences Économiques

Sous la direction de Guy Faure et de Ana Afonso Gallegos.

Le jury était composé de Ana Iglesias, Pierre-Marie Bosc, Sophie Mignon, Isabel Gutierrez, Nicole Sibelet, Ana Iglesia.

Les rapporteurs étaient Maryline Filippi, Claude Compagnone.

  • Titre traduit

    Le rôle des organisations de producteurs dans la gestion des certifications volontaires du café au Costa Rica


  • Résumé

    La certification volontaire offre aux consommateurs des informations détaillées sur le processus de production et/ou de fabrication des produits. Les organisations paysannes jouent un rôle important dans la gestion de certification et de l'accès des petits agriculteurs aux marchés certifiés. Les organisations de producteurs du Costa Rica ont historiquement joué un rôle important dans la participation des petits producteurs aux filières certifiées et leur motivation à accéder aux marchés certifiés. Les organisations paysannes jouent un rôle important dans la gestion de certification et de l'accès des petits agriculteurs aux marchés certifiés. Pour ces raisons, le Costa Rica offre un environnement intéressant pour étudier la façon dont les organisations de producteurs de café arrivent à gérer la certification de leurs membres.Cette recherche se concentre uniquement sur les coopératives et les consortiums de coopératives puisqu’elles sont importantes dans le processus de certification. Considérant le manque de connaissances sur le rôle des coopératives et de la certification volontaire du café, cette thèse traite les questions suivantes: Quel est le rôle des coopératives dans la gestion des certifications volontaires ? Quels sont les changements induits par la certification, au niveau des coopératives et des exploitations ?, Quels aspects sociaux uniques propres au Costa Rica influencent la gestion et l'efficacité de la certification?Les administrateurs de vingt des vingt-deux coopératives de café au Costa Rica ont été enquêtés. Quatre coopératives ont ensuite été sélectionnées pour les études de cas approfondies.Bien que les certifications soient souvent critiqués de ne pas provoquer d‘amélioration au niveau de l'exploitation en raison de la sélection des exploitations conformées uniquement, le facteur qui encourage les coopératives à choisir la certification individuelle est la structure des certifications, y compris la faible demande de café certifié, les incitations faible et variables des prix, les coûts élevés de l'audit et des exigences élevées en gestion et en formation. Au Costa Rica, la certification de café volontaire fournissent des avantages réels, bien que minimes aux coopératives ainsi qu’à leurs membres. Les coopératives prennent des décisions sur la gestion des certifications en fonction de leurs stratégies commerciales, du type de café qu'elles produisent et de leur dotation en capital social, cette qui se manifeste comme une solidarité de groupe ou une approche commerciale. La certification incite à une approche plus holistique de la production de café en nécessitant plus de formations et de services liés à la production durable. Elle encourage les coopératives à collaborer avec d'autres parties prenantes, en augmentant leur connectivité et leur capital social. Cela donne aux membres un accès à de nouvelles connaissances et services, ce qui peut potentiellement créer un cercle vertueux de production de capital social.La certification peut cependant encourager les coopératives à offrir des services supplémentaires ou des incitations financières à une partie de leurs membres seulement. Un niveau élevé de capital social est nécessaire au niveau administratif pour assurer une répartition équitable des avantages de la certification tout en offrant des incitations aux membres à poursuivre la certification.


  • Résumé

    Voluntary certifications offer consumers information on the process in which products are produced. Farmers’ organizations play an important role in the management of certifications and in small-farmer access to certified markets. Costa Rican farmers’ organizations have a long history of participation in the certified value chain and in fomenting small farmers’ access to certified markets. Farmers’ organizations also make strategic decisions related to the organization’s participation in the certified value chain and how farmers are supported and incentivized to join.For these reasons Costa Rica provides an interesting milieu to study how farmers’ organizations manage certifications. Because of their importance in the certification process in Costa Rica, this research focuses on cooperatives and consortia of cooperatives. Considering the gap in knowledge regarding the role of cooperatives and voluntary coffee certifications, this thesis presents the following questions: What is the role of cooperatives in the management of voluntary coffee certifications?, What are the advantages and disadvantages of participation in voluntary certifications for cooperatives?, What changes do certifications induce at the cooperative and farm levels?, What social aspects in Costa Rica influence the management and effectiveness of certifications? Administrators from twenty of the twenty-two coffee cooperatives in Costa Rica were interviewed to obtain basic data on harvest size, membership and management and participation in certifications. Four cooperatives were selected for in-depth case studies.Certifications are often criticized for not eliciting widespread change at the farm level due to the selection of compliant farms, but it is the structure of the certifications, including low demand, weak and variable price incentives, high costs of auditing and high requirements for management and training, which incentivize cooperatives to choose individual certifications.In Costa Rica, voluntary coffee certifications promote small but real benefits to cooperatives and their members. Cooperatives make decisions about the management of certifications based on their business strategies, the type of coffee they produce and the social capital inherent in the cooperative, which is manifested as a group solidarity approach or a commercial approach.Certifications incite a more holistic approach to coffee production by requiring training and services related to sustainable production. Certifications encourage cooperatives to collaborate with other stakeholders, increasing their connectedness and organizational social capital. This gives members access to new knowledge and services and has the potential to create a virtuous cycle of the production of social capital.Certifications, however, may induce cooperatives to offer additional services or financial incentives to some members and not to others. A high level of social capital is needed at the administrative level to ensure an equitable distribution of the benefits of certifications while still offering members incentives to pursue certifications.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.