Qu'est-ce qu'un Français ? : La construction et les effets de la "francité" dans la société française contemporaine

par Yumiko Tahata

Thèse de doctorat en Sociologie

Sous la direction de Jocelyne Streiff-Fénart et de Masami Sekine.

Soutenue le 28-04-2016

à Nice en cotutelle avec Keio university (Tokyo) , dans le cadre de École doctorale Lettres, sciences humaines et sociales (Nice ; ...-2016) , en partenariat avec Centre national de la recherche scientifique (France). Unité mixte de recherche (7032) (laboratoire) et de Unite de recherche migrations et sociétés / URMIS (laboratoire) .

Le président du jury était Françoise Lorcerie.

Le jury était composé de Jocelyne Streiff-Fénart, Masami Sekine, Françoise Lorcerie, Steve Garner, Damon Mayaffre, Yoshikazu Shiobara, Noriko Suzuki.

Les rapporteurs étaient Steve Garner.


  • Résumé

    Cette recherche propose une analyse de la construction de l’idée du Français prototypique – la francité – et de ses effets sociaux sur la catégorisation des individus. Elle vise à prendre le Français majoritaire comme objet d’étude au même titre que les groupes minoritaires, et par-là, à mettre en évidence la logique de production de figures d’« altérité intérieure » (ceux qui ne sont pas ou pas tout à fait Français). L’étude s’appuie sur les résultats de deux enquêtes : analyse du discours politique, et enquête ethnographique sur une pratique institutionnelle d'intégration. D'une part, l'analyse révèle la transition du Français majoritaire référentiel qui ne nécessite aucune définition spécifique, au Français ethnicisé et dénommé (le « français de souche »). D'autre part, elle montre que les critères définitoires du Français convergent vers la dimension civique, avec pour effet de différencier des populations dans la société française en fonction de l'adhésion à ou du respect des « valeurs républicaines ». C’est cette conception actuelle du Français qui imprègne fortement le Contrat d’accueil et d’intégration. L’enquête sur ce dispositif nous dévoile les catégorisations de « Nous » et « Eux » autour de la francité mises en œuvre par les agents, et les diverses tactiques de résistance et de gestion des impressions par les signataires en réponse à ces catégorisations.

  • Titre traduit

    What is to be French ? : The construction and effects of “Frenchness” in the contemporary French society


  • Résumé

    This thesis analyses the construction of the idea of prototypical French – Frenchness – and its social effects on the categorization of individuals. The aim of this research is to take the French majority as an object of study in the same way as minority groups, and to highlight the logics of the production of figures of « internal otherness » (those who are viewed as not or not totally French). The study relies on the data from two types of investigations: political discourse analysis, and ethnographic research on a specific institutional practice of integration. On the one hand, the analysis shows the transition from a figure of the French majority as a reference requiring no specific definition, to an ethnicized and specified French figure (“French-lineage French”). On the other hand, we observe that the criteria which define Frenchness converge into its civic dimension, with the effect of differentiating the populations in French society according to their commitment to or respect of “republican values”. This current conception of Frenchness forms the basis of the “welcome and integration contract”. Fieldwork on this program reveals the categorizations of “Us” and “Them” around the Frenchness implemented by the officials, and the various tactics of resistance and impression management employed by the signatories as a response to these categorizations.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.