Pourquoi l'art contemporain en Turquie ? : enquête sociologique à Istanbul, des Tanzimat à Gezi

par Ilker Birkan

Thèse de doctorat en Sociologie

Sous la direction de Ali El Kenz et de Ali Akay.

Soutenue en 2016

à Nantes , dans le cadre de Ecole doctorale Droit, Economie-Gestion, Sociétés, Territoires (Nantes) , en partenariat avec Centre nantais de sociologie (laboratoire) et de Université Nantes-Angers-Le Mans - COMUE (autre partenaire) .


  • Résumé

    La ville d’Istanbul témoigne d’un développement très rapide de l’art contemporain. Des centres artistiques exposent des oeuvres et aident à la création artistique, des musées privés sont ouverts par des collectionneurs et des grandes entreprises, des galeries toujours plus nombreuses diffusent des oeuvres. Cette énergie, accompagnée d’une visibilité croissante des artistes turcs dans le monde, représente une situation singulière du Proche-Orient et dans le monde musulman. Notre thèse cherche à comprendre quels sont les institutions, les modes d'organisation, les modes de sensibilité qui se sont mis en place dans la société turque, pour y promouvoir l'art contemporain et quels processus soustendent l'éclosion de ces pratiques artistiques actuelles. Loin d’être le produit de la seule « mondialisation économique » qui uniformiserait les façons de penser dans le monde entier, le développement de l’art actuel en Turquie s’inscrit dans un processus historique de transformation de la société trouvant ses racines à la fin de l’Empire ottoman. L’appropriation de techniques et de savoirs occidentaux, considérés comme universels, devient un enjeu majeur de renouveau pour l’Empire ottoman en déclin puis pour la République de Turquie qui s’est batie sur ses ruines. Au XXème siècle, les arts d'origine occidentale se sont vu donner toute leur place dans la société turque et y ont suivi les mêmes évolutions qu'en Europe. De ce fait, l'art contemporain a pu s'affirmer à la fin du XXème siècle comme un véritable phénomène artistique dans la ville d'Istanbul. Par contre, l’Etat premier instituteur de la culture occidentale en Turquie avec Mustafa Kemal s'intéresse moins à cet art aujourd'hui que les élites culturelles et économiques du pays qui l'achètent, le financent et créent ses institutions. Deux usages sociaux de l'artcontemporain apparaissent alors dans l'espace culturel turc, il s'inscrit dans un espace réflexif institutionnalisé qui s’élève comme rempart contre le conservatisme culturel et il constitue dans l'espace mondial un symbole d'affirmation civilisationnelle pour les élites d'une nation


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    The city of Istanbul demonstrates a very rapid development of contemporary art. Artistic centers exhibit works of art and help artistic creation, collectors and large companies to create private museums, and help more and more art galleries to spread pieces of art. Accompanied with an increasing visibility of Turkish artists in the world, this energy constitutes a singular situation both in the Middle East and in the Muslim World. Our dissertation seeks to understand what the institutions are, the organizational modes, and the sensitivity modes that were set up in Turkish society in order to promote contemporary art? and what are the processes that underpin these current artistic practices’ birth ? Far from being only the result of “economic globalization” that would standardize ways of thinking throughout the world, the development of contemporary art in Turkey is situated in a historical transformation process of society having its roots at the end of the Ottoman Empire. The appropriation of Western techniques and knowledge considered universal, became a major issue for the renewal of the declining Ottoman Empire as well as for the Republic of Turkey that was built on its ruins. In the Twentieth century, the arts of Western origin have been granted their place in Turkish society and have followed the same trends as in Europe. As a result, by the end of the Twentieth century, contemporary art has been able to become a real artistic phenomenon in the city of Istanbul. However, the State, which was the first importer of Western culture in Turkey along with Mustafa Kemal, is less interested in art today than the cultural and economic elites of the country who buy it, finance it and create its institutions. Two different social uses of contemporary art thus appear in the Turkish cultural center. On the one hand it is part of an institutionalized reflexive space that stands as a bulwark against the cultural conservatism, while on the other hand it constitutes a symbol of civilizational affirmation in the world space for the elites of a nation that inherited it from an imperial project.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (352 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 315-326

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Nantes. Service commun de la documentation. Section Lettres - Sciences humaines.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 16NANT3016
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.