La biodiversité par projet : Réflexivité engagée et dispositif stratégique en Albanie

par Claire Bernard (Mongin)

Thèse de doctorat en Sciences de Gestion

Sous la direction de Florence Palpacuer et de Maya Leroy.

Soutenue le 14-12-2016

à Montpellier , dans le cadre de École doctorale Economie Gestion de Montpellier (2015-.... ; Montpellier) , en partenariat avec Montpellier Research in Management (laboratoire) et de MRM Montpellier Research in Management (laboratoire) .


  • Résumé

    Le projet constitue une modalité centrale d’administration de l’Aide publique au développement (APD). Moyen d’injecter des fonds selon des objectifs préétablis dans des secteurs donnés de l’économie, les projets ont suscité une littérature abondante dédiée à la rationalisation de ce format gestionnaire afin d’en assurer une plus grande maitrise. C’est également par projet que le secteur de l’APD intègre les enjeux de biodiversité dans ses activités de développement. Or la généalogie de cette question environnementale globale nous montre qu’elle déborde les pratiques standards de la conduite de projet, qu’elle se construit autant au niveau global qu’au niveau local, et que les méthodes d’élaboration ex ante et d’évaluation ex post brident la compréhension de ce qui se construit in itinere, dans le temps du projet et de son déroulé. En décalant la focale classique d’analyse de la gestion de projet nous faisons l’hypothèse qu’une posture de « recherche embarquée » nous permet d’expérimenter et de restituer au plus près l’activité stratégique de construction des cadres émergents de l’action environnementale. Nous outillons analytiquement cette posture à partir des travaux foucaldiens en sciences de gestion sur la conception de l’action collective et en aménageant le cadre d’Analyse stratégique de la gestion environnementale (ASGE). Nous faisons du couple régime-dispositif l’analyseur central de cette activité qui articule une intention générale - le régime de biodiversité - et sa conception dans un projet entendu comme un dispositif (i.e. un ensemble hétérogène d’acteurs, d’institutions, d’outils et de savoirs). Le « pôle réflexif » devient alors le lieu d’émergence de la stratégie environnementale du dispositif à partir de l’exercice d’une « réflexivité engagée ». Le projet qui sert de base empirique à cette réflexion, financé par le Fonds français pour l’environnement mondial (FFEM) été conçu dans une démarche originale entre une Agence de développement rural albanaise (MADA) et une organisation intergouvernementale méditerranéenne (CIHEAM-IAMM) ayant accepté « d’embarquer » une fonction recherche dans un processus concret de création de signes de qualité et d’origine (SIQO) pour des productions locales issues des systèmes pastoraux et agricoles et des activités de collecte de produits non-ligneux. L’hypothèse avancée par le projet « BiodivBalkans » (2012-2016) étant que ce processus peut favoriser une gestion environnementale durable des territoires agro-silvo-pastoraux albanais. La restitution de cette enquête prend la forme d’une narration-description située du projet comme dispositif à laquelle est rapportée une analyse de l’activité de mise en dispositif du régime de biodiversité endossée par le pôle réflexif, dans ses dimensions cognitive, organisationnelle et stratégique. Au-delà de l’irréductibilité de cette expérience de recherche, la portée démonstrative de ce travail s’articule en deux temps. D’un point de vue pratique, l’activité de pôle réflexif nous semble constituer une modalité additionnelle de conception et de mise en œuvre des projets de l’APD à visée environnementale. Nous dégageons des invariants de l’activité de mise en dispositif du régime de biodiversité en définissant trois catégories d’exercice d’une réflexivité engagée. Ces types d’opérations stratégiques de nature et d’échelles conceptuelles différentes permettent de concevoir les cadres de l’action environnementale au cœur des dispositifs d’action collective en univers complexe, ambigu et conflictuel.Du point de vue analytique, la théorisation de l’activité de pôle réflexif nous permet de redéfinir le statut de l’acteur environnemental tel qu’il est proposé par l’Analyse stratégique de la Gestion Environnementale (ASGE) en y intégrant une dimension cognitive, procédurale et située du changement en faveur de l’environnement dans les collectifs, rendue par les notions de « courtage de connaissances » et « d’organisation frontière ».

  • Titre traduit

    Projectified biodiversity : Committed reflexivity and strategic devices in Albania


  • Résumé

    Overseas Development Assistance (ODA) operates mainly through projects. Envisioned as an efficient mean to inject funds according established targets in specific sectors of the economy, projects have generated a vast managerial literature aiming at optimizing the delivery of rationally planned and controlled outputs. Projects are also widely used to mainstream biodiversity in the ODA sector. However, our genealogy of biodiversity as a global environmental issue shows how this kind of wicked and ambiguous problem challenges the mechanistic rationality at the basis of all ODA project models. Building on both global and local levels, biodiversity issues cannot be properly constructed and managed through ex ante planning processes or ex post evaluations, but are arising from multi-actors interactions throughout the project life.By shifting the traditional focus of analysis of project management we assume a posture of "embedded research" allows us to experiment and describe the strategic activity of conceiving environmental action frames. We are equipping this posture building on Strategic Environmental Management Analysis (SEMA), adjusted with foucaldian analytical frameworks in management science on collective action design.Pairing the concepts of “regime” and “device”, we propose to use them as a central analytic tool to study this strategic activity that articulates a general intention – a biodiversity regime – conceived through a project understood as a device (i.e.: an heterogeneous set of actors, institutions, tools and knowledges). The figure of "reflexive pole” endorses the conception of the environmental strategy as a liminal site embedded in a specific device through the exercise of a “committed reflexivity”.The project used as an empirical basis for this intervention research, funded by the French Global Environment Facility (GEF), was designed in an original approach between Albanian Rural Development Agency (MADA) and Mediterranean intergovernmental organization (CIHEAM-IAMM) having agreed to "embark" a research function in a concrete process of building Signs of quality and origin (SIQO) for local productions from pastoral and agricultural systems and collection activities of non-timber products. The hypothesis advanced by the project "BiodivBalkans" (2012-2016) was that this process can promote a sustainable environmental management of agro-silvopastoral Albanian territories.This inquiry – led in a pragmatic perspective – is based on a situated narrative and description of the project’s developments studied as a strategic device, to which is attached the activity of the “reflexive pole”. Doing so, we emphasize the cognitive, organizational and strategic nature of conceiving the frames of environmental action in a situated device related to an evolving biodiversity regime. Beyond the irreducibility of this experience, the added value of this research work is twofold.From a practical standpoint, we propose to consider the “reflexive pole’s” activity as an additional modality to design and implement ODA environmental projects. We derive three invariants of this biodiversity mainstreaming activity (i.e.: framing, shaping, using), which designate three modes of exerting a “committed reflexivity”. Theses strategic operations of different nature and conceptual scales are to design the environmental dimension of collective action devices in complex, ambiguous and adverse universe.From an analytical standpoint then, theorizing the “reflexive pole’s” strategic activity allows us to redefine the status of the environmental actor as proposed by the Strategic Environmental Management Analysis (SEMA) in an actor-centric perspective. We used the concepts of “knowledge brokering" and» boundary organization” to enlarge this focus with a socio-cognitive dimension and build theoretical foundations to further explore the cognitive, procedural and located dimension of environmental changes in collective action devices.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.