« La más dificultosa y trabajosa de todas las demás » : l’ambassade d’Espagne à Rome sous Philippe III (1598-1621)

par Léa Bénichou

Thèse de doctorat en ETUDES ROMANES spécialité Etudes hispaniques et hispano-américaines

Sous la direction de Anita Gonzalez-Raymond.

Soutenue le 01-12-2016

à Montpellier 3 , dans le cadre de École doctorale 58, Langues, Littératures, Cultures, Civilisations (Montpellier ; 2015-....) , en partenariat avec Centre de Recherches Langues, littératures, arts et cultures des Suds, Université Paul-Valéry- Montpellier III (laboratoire) et de Langues- Littératures- Cultures des Suds / LLACS (laboratoire) .

Le président du jury était Pascal Gandoulphe.

Le jury était composé de Raphaël Carrasco, Bernardo José García García.

Les rapporteurs étaient Alain Tallon.


  • Résumé

    « La más dificultosa y trabajosa de todas las demás » : l’ambassade d’Espagne à Rome sous Philippe III (1598-1621) Rome, centre spirituel de la chrétienté, capitale diplomatique de l’Europe, était d’une importance cruciale pour la Monarchie Catholique. Cette thèse est consacrée à l’étude de la représentation diplomatique de l’Espagne à Rome durant une période singulière à plusieurs égards. Le règne de Philippe III correspond en effet à un renouveau de la présence française à Rome, capable de rivaliser, après la fin des guerres de religion, avec la puissance espagnole. Le monarque inaugura, en outre, un nouveau type de gouvernement avec l’émergence d’un favori tout puissant, le valido, auquel il consentait à déléguer une grande partie de son pouvoir. Enfin, ce règne est caractérisé par l’instauration d’une période de paix, connue sous le nom de Pax Hispanica, par laquelle Philippe III mit fin aux conflits ouverts que son prédécesseur avait engagés avec l’Angleterre et avec les Pays-Bas, tandis qu’il devait mettre en application la paix de Vervins signée avec la France peu avant son accession au trône. Ce travail s’attache à analyser de quelle façon ces circonstances affectèrent la pratique diplomatique de l’Espagne à Rome et dans quelle mesure le Saint-Siège intervint dans le maintien de la paix en Europe. Il s’agit de pénétrer au cœur même de l’ambassade d’Espagne près le Saint-Siège pour en comprendre, dans un premier temps, le fonctionnement, dans ses aspects institutionnels et matériels. Cette analyse permet d’appréhender la multiplicité des figures de la représentation espagnole à Rome parmi lesquelles se distingue celle, encore mal connue, du cardinal protecteur du royaume de Castille. En s’intéressant à l’activité des six ambassadeurs ordinaires du monarque, ce travail met aussi en évidence leurs réseaux de renseignement et de clientèle et les stratégies déployées par chacun d’entre eux pour faire valoir les intérêts de l’Espagne et consolider la faction espagnole du Sacré Collège. Cette thèse contribue enfin à mettre en lumière l’articulation entre les objectifs internationaux de la monarchie espagnole et ceux du Saint-Siège durant la période singulière de la Pax Hispanica.

  • Titre traduit

    « La más dificultosa y trabajosa de todas las demás » : the Spanish Embassy in Rome in the reign of Philip III of Spain (1598-1621)


  • Résumé

    « La más dificultosa y trabajosa de todas las demás »: the Spanish Embassy in Rome in the reign of Philip III of Spain (1598-1621) Rome, spiritual centre of Christianity, modern Europe’s diplomatic capital, was crucial for the Catholic Monarchy. This thesis studies the Spanish diplomatic representation in Rome during this very specific period, in several aspects. The reign of Philip III of Spain matches with a charismatic renewal of the French presence in Rome, its capacity to compete with the Spanish power after the end of Wars of Religion. This reign will indeed usher in a new type of government thanks to the emergence of a powerful favourite, the valido. The monarch will agree to delegate him most of his power. Eventually, this period’s characteristic is the instauration of a peaceful period, known as Pax Hispanica, through which Philip III will end the conflicts its predecessor had opened with England and the Netherlands, whereas he must implement the Peace of Vervins he had signed with France before he sat on the throne. This thesis is focused on the analysis of the impact of such circumstances on the Spanish diplomacy in Rome and explains how the Holy See intervened in maintaining peace in Europe. This thesis accesses the Spanish Embassy close to the Holy See in order to understand how it works, its institutional aspects and materials. This analysis enables to understand the Spanish multiplicity of represented figures in Rome, among which we can distinguish, though very quite unknown, the Cardinal Protector of Castille Kingdom. Focusing on the activity of the six ordinary Ambassadors of the Monarch, this work highlights its information and clientele networks, and the strategies implemented to enforce Spain’s interests and to strengthen the Spanish faction of the College. Eventually, this thesis contributes to highlight the difference between the Spanish and Holy See international intentions during the specific period of Pax Hispanica.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.