Unsettling heroines : towards a cognitive poetics exploration of power dynamics (Ophelia, Lady Macbeth, Desdemona and Cleopatra as case studies)

par Miriam Mezghanni

Thèse de doctorat en Études du monde anglophone

Sous la direction de Nathalie Vienne-Guerrin et de Mounir Triki.

Le président du jury était Mansour Khlifa.

Le jury était composé de Sarah Hatchuel.

Les rapporteurs étaient Florence March, Mounir Guirat.

  • Titre traduit

    Héroïnes troublantes : vers une exploration de poétique cognitive des dynamiques du pouvoir (Ophélie, Lady Macbeth, Desdémone et Cléopâtre comme études de cas)


  • Résumé

    L’argument de cette recherche propose d’étudier le concept du pouvoir et ses manifestations chez les héroïnes tragiques de Shakespeare Ophélie, Desdémone, Lady Macbeth, et Cléopâtre. Cette étude suit deux axes d’interprétation, la domination et la résistance qui constituent le pouvoir féminin à travers ses productions verbales et ses projections mentales. Ces aspects sont explorés à travers une théorie de poétique cognitive et d'analyse de conversation. En parallèle, les théories critiques vont compléter la discussion des résultats trouvés. Ce travail explore comment les héroïnes tragiques de Shakespeare mènent leur propre résistance et exercent une contre-force à un poly-système patriarcal basé sur un héritage de séparation de genre. Ces personnages brossent un portrait distinctif d'héroïsme tragique féminin ; une voix indépendante et vibrante dans le texte shakespearien.


  • Résumé

    The Shakespearean tragic heroines are a polemical topic. Critics are divided between a reading that describes them as complex and dynamic protagonists and a reading that sees their presence as ornamental and paper-thin in the Shakespearean dramatic tradition. This study examines tenets of power within four major tragic figures, Ophelia, Desdemona, Lady Macbeth, and Cleopatra. Conversation analysis and disciplines from cognitive poetics, text world theory and conceptual metaphor analysis, will be used to study these characters’ utterances and thoughts. The research shows that Ophelia, Desdemona, Lady Macbeth, and Cleopatra are actively involved in power relations. They manifest dominance, exercise resistance, and sow dissidence within masculine narratives of authority. The conclusion can also be drawn that the Shakespearean tragic heroine succeeds in breaking through patriarchal embargo, embraces power, and inaugurates a distinctive concept of female heroism.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire. Section Lettres.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.