Captures estuariennes : une ethnoécologie de la pêche sur le bas Oyapock (frontière franco-brésilienne)

par Pauline Laval

Thèse de doctorat en Ethnoecologie

Sous la direction de Serge Bahuchet et de Damien Davy.

Soutenue le 05-10-2016

à Paris, Muséum national d'histoire naturelle , dans le cadre de École doctorale Sciences de la nature et de l'Homme. Évolution et écologie (Paris) , en partenariat avec Eco-Anthropologie et Ethnobiologie / EAE (laboratoire) et de Laboratoire Ecologie- évolution- interactions des systèmes amazoniens / LEEISA (laboratoire) .


  • Résumé

    La pêche repose sur des formes variées d’appropriation sociale des milieux aquatiques. Cette thèse s’attache à les définir dans le contexte particulier du bas Oyapock, estuaire d’un fleuve amazonien marquant la frontière entre la Guyane (France) et l’état d’Amapá (Brésil). Cet estuaire présente une importante diversité d’écosystèmes aquatiques (rivières, fleuves, forêts inondées, marais, mangrove et mer) et d’espèces végétales et animales qui les composent (près de 200 espèces y sont pêchées). La population du bas Oyapock forme un creuset culturel réunissant principalement Amérindiens, Créoles et Brésiliens, implantés dans deux villes et 40 villages. Par ailleurs, la présence d’un parc national sur le littoral brésilien et de trois territoires amérindiens implique des réglementations de l’accès aux ressources diverses. Dans ce contexte riche en diversité écologique et culturelle où émergent des conflits d’usage sur les territoires de pêche, cette thèse propose une lecture des dynamiques d’appropriation des ressources aquatiques. Les résultats s’appuient sur des données ethnographiques collectées d’octobre 2012 à octobre 2014. Celles-ci comprennent plus de 70 entretiens, 32 observations de sorties de pêche, l’inventaire du matériel de pêche, l’identification de 195 espèces pêchées et l’étude des taxonomies locales. L’étude des savoirs des pêcheurs révèle une connaissance fine des milieux aquatiques et de leurs rythmes, de l’écologie et de l’éthologie des animaux. Les pêcheurs fabriquent une grande variété d’engins de pêche adaptés tant aux espèces qu’aux espaces. Sur la base des savoirs partagés par les pêcheurs, différents groupes se distinguent et se spécialisent en fonction de grands milieux écologiques (savanes; fleuve et forêt ; embouchure et mer). La création de parcs nationaux, le contrôle croissant des flux transfrontaliers, l’urbanisation et la migration sont autant de changements contemporains auxquels les pêcheurs doivent faire face. Dans ce contexte, trois groupes d’habitants se démarquent : les pêcheurs professionnels de Saint-Georges (Guyane), ceux d’Oiapoque (Brésil) et les villageois Amérindiens de l’Uaçá (Brésil). Ils s’inscrivent dans une démarche de reconnaissance formelle de leur territoires de pêche afin d’en garantir l’accès à long terme. Engagés dans différentes stratégies, la réussite de leur démarche dépend de la prise en compte de leurs spécificités par les États.

  • Titre traduit

    Estuarian captures : an ethnoecology of fishing among the lower Oyapock (border between France and Brazil)


  • Résumé

    Fishing is based on various forms of social appropriation of aquatic environment. This thesis seeks to define them in the specific context of the Lower Oyapock, estuary of an Amazonian river delineating the border between French Guyana and Amapá state (Brazil). This estuary presents a high variety of aquatic ecosystems (streams, rivers, flooded forests, swamps, mangroves and sea) and is home of high diversity of plant and animal species (over 200 species are caught). The population of the Lower Oyapock forms a cultural melting-pot principally composed by Amerindians, Creoles and Brazilians, established in two towns and 40 villages. Moreover, the presence of a national park along the Brazilian coast and three indigenous lands imply a regulation of access to natural resources. In this context rich in ecological and cultural diversity, where emerge conflicts over fishing territories, this thesis proposes a reading of the dynamics of appropriation of aquatic resources. Results are based on ethnographic data collected from October 2012 to October 2014. They range from more than 70 interviews, 32 fishing trips observations, the inventory of fishing gear, the identification of 195 fishes species, and a study of local taxonomies. The study of fishers’ knowledge reveals a detailed expertise about the aquatic environments, notably their rhythms, and the animal ecology and behavior. Fishermen make an important variety of fishing equipment adapted to both species and spaces. Based on the way knowledge is shared, different fishermen’s groups are characterized and specialized according to the ecological conditions/features (savanna; river and forests; river mouth and sea). Creation of national parks, increasing controls of cross-border flows, urbanization and migration are all contemporary challenges the fishermen are confronting. In this context, three residents groups stand out: professional fishermen from Saint-Georges (French Guyana), those from Oiapoque (Brazil), and the Indigenous villagers from Uaçá (Brazil). These three groups aim to obtain an official recognition of their fishing territories in order to ensure long-term access. Engaged in various strategies, their success in the process hinges on the States’ consideration of their specificities.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Muséum national d'histoire naturelle. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.