L’agent automate. Le concept de disposition chez Spinoza

par Jacques-Louis Lantoine

Thèse de doctorat en Philosophie

Sous la direction de Pierre-François Moreau.

Soutenue le 25-11-2016

à Lyon , dans le cadre de École doctorale de philosophie (Lyon) , en partenariat avec École normale supérieure de Lyon (établissement opérateur d'inscription) et de Institut d'Histoire des Représentations et des Idées dans les Modernités (laboratoire) .

Le président du jury était Frédéric Lordon.

Le jury était composé de Pierre-François Moreau, Frédéric Lordon, Chantal Jaquet, Delphine Antoine-Mahut, Pascal Sévérac.

Les rapporteurs étaient Patrice Vermeren, Chantal Jaquet.


  • Résumé

    Cette recherche vise à élaborer une théorie de la pratique et une philosophie morale qui n’accorderaient aucune réalité à des possibles ou à des virtualités. Si l’inspiration bourdieusienne hante notre propos, c’est à partir de Spinoza que nous tentons dans un premier temps de construire un concept de disposition qui soit débarrassé de toute connotation indéterministe en référant les dispositions à des états de corps actuels et en clarifiant le sens de la notion, trop souvent confondue avec d’autres (aptitude, capacité, habitus). Nous montrons dans une deuxième partie que l’incorporation de l’extériorité dans des dispositions actuelles s’accompagne, conformément à la philosophie spinoziste, d’un effort nécessaire et déterminé pour accomplir aussitôt ce que l’agent est condamné à accomplir. La disposition désigne une puissance qui va au bout de ce qu’elle peut, abstraction faite de contrariétés internes ou externes. Si la puissance d’agir peut augmenter ou diminuer, l’effort ne peut être qu’aidé ou contrarié. L’agent est un automate, mais un automate qui s’efforce d’effectuer de gré et nécessairement ce qu’il est forcé d’effectuer, même s’il s’avère que c’est pour le pire. Cela nous conduit dans une troisième partie à contester les interprétations de la philosophie pratique spinoziste en terme d’aliénation. Nous montrons aussi que l’intellectualisme spinoziste doit être largement redéfini, la libération ne pouvant s’effectuer sans compter sur les « dispositions du dehors », y compris l’imagination d’un progrès possible. Enfin, si l’agent automate se signale par la grande inconstance de ses dispositions, il faut le disposer à agir dans un sens favorable à la raison. Le fonctionnement de l’État doit reposer sur la seule mécanique des institutions, puisqu’il est acquis qu’on ne peut vraiment compter sur personne.

  • Titre traduit

    The Agent as an Automaton. Spinoza’s Concept of Disposition


  • Résumé

    This research aims at developing a theory of practice and a moral philosophy that leaves no place for what is merely possible and virtual. While inspired by the sociology of Bourdieu, I first draw on Spinoza to develop a concept of disposition that is freed of all indeterminist connotations by referring dispositions to actual states of the body so as to clarify the meaning of the term, which is so often confused with concepts such as aptitude, capacity, habitus. In the second part of this work, I show that the incorporation of the exteriority comes with the necessary effort to immediately accomplish what the agent is condemned to accomplish. « Disposition » refers to a power that sees through to the end what it can, notwithstanding internal and external impediments. If the power to act increases or diminishes, effort itself can only be helped or hindered. Thus, the agent is an automaton, but one that willingly strives to do what it is compelled to do, even if it is for the worst. Consequently, in the third part, I contest interpretations that relate human bondage in Spinoza’s ethics to alienation. I argue that Spinoza’s intellectualism must be redefined : emancipation cannot occur without relying on the dispositions we receive from the common order of Nature, including imagining possible progress. Finally, although the automaton is characterized by the inconstancy of his dispositions, he has to be disposed in a way that is favorable to reason. The workings of the state should rest solely on the mechanism of the institutions, as it has been established that we really cannot rely upon anyone.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque Diderot . Bibliothèque électronique (Lyon).
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.