Raisonnement et Argumentation : une approche interculturelle et développementale

par Thomas Castelain

Thèse de doctorat en Psychologie mention Psychologie cognitive

Sous la direction de Jean-Baptiste Van der Henst et de Hugo Mercier.

Soutenue le 15-12-2016

à Lyon , dans le cadre de École Doctorale Neurosciences et Cognition (NSCo) , en partenariat avec Institut de sciences cognitives (Lyon) (équipe de recherche) , Université Lumière (Lyon) (établissement opérateur d'inscription) et de institut des sciences cognitives (laboratoire) .

Le président du jury était Virginie Laval.

Les rapporteurs étaient Pierre Barrouillet, Coralie Chevallier.


  • Résumé

    Dans le domaine des sciences cognitives, la plupart des études sur la communication humaine se sont intéressées à la manière dont on comprend la communication et non pas à la manière dont on l’évalue. D’après le cadre théorique de la vigilance épistémique (Sperber et al., 2010) les êtres humains disposent d’un ensemble de mécanismes dédiés à l’évaluation des messages qui servent à se protéger d’informations potentiellement trompeuses et qui permettent de communiquer de manière fluide et relativement honnête. D’après ce cadre théorique, le raisonnement aurait évolué pour permettre une discrimination plus fine des messages. La principale fonction du raisonnement serait argumentative : il s’agirait de trouver des arguments pour convaincre les autres et d’évaluer les arguments d’autrui afin d’acquérir des croyances plus solides (Mercier & Sperber, 2011). Si le raisonnement est le résultat d’une adaptation, ces compétences devraient être relativement universelles et on ne devrait pas avoir à les enseigner. L’universalité et le développement précoce de ces compétences permettraient donc de montrer qu’elles ne reposent pas sur un apprentissage culturel spécifique. Cependant, la plupart des études sur le raisonnement et l’argumentation chez les adultes comme chez les enfants, et par conséquent les principaux résultats qui soutiennent la théorie argumentative du raisonnement, se limitent à un échantillon restreint des sociétés humaines : les cultures occidentales. Aussi, on pourrait penser que ces caractéristiques du raisonnement sont davantage l’expression de facteurs culturels plutôt que des traits universaux. Ce travail de thèse s’intéresse à cette question en déployant une approche interculturelle (en comparant les sociétés occidentales, orientales et traditionnelles) et développementale. Les cultures traditionnelles et orientales diffèrent des cultures occidentales sur de multiples aspects - tels que la tradition philosophique, l’approche parentale ou l’accès à l’éducation formelle - qui sont particulièrement pertinents pour tester ces prédictions adaptatives. Le rôle de la discussion a souvent été sous-estimé dans le domaine du raisonnement, à l’exception de certaines études développementales très influentes (Doise & Mugny, 1984; Perret-Clermont, 1980). En coupant le raisonnement de son contexte argumentatif, les psychologues du raisonnement l’ont privé de l’une de ses forces : l’échange d’arguments avec les autres. Dans une première étude, nous avons montré que dans une population traditionnelle – les Mayas indigènes du Guatemala – la discussion en groupe amène à de meilleures performances que le raisonnement individuel. De tels résultats avaient déjà été rapportés pour des populations occidentales et orientales. Deux caractéristiques du raisonnement peuvent expliquer ces résultats : the biais vers son côté, qui empêche les individus d’améliorer leurs performances individuelles, et l’habilité à évaluer les arguments des autres, qui permettent aux individus de bénéficier des discussions de groupes (Article 1). Dans trois études exploratoires, nous avons apporté des preuves que le bénéfice de l’argumentation peut aussi s’étendre au raisonnement moral. La première étude confirme que les arguments peuvent faire changer les individus d’avis même dans des jugements moraux impliquant une forte charge émotionnelle. En revanche, les seconde et troisième études n’ont pas permis de révéler des effets notables de la discussion sur les jugements moraux (Chapitre 2). Avant l’âge de trois ans, les enfants échangent des arguments avec leurs parents et leurs frères et sœurs. Cependant, aucune expérience n’a montré que les enfants de cet âge sont sensibles à la qualité des arguments. Dans une première étude, nous fournissons des preuves expérimentales que les enfants de deux ans sont sensibles à la force des arguments (Article 3)...

  • Titre traduit

    Reasoning and Argumentation : a cross-cultural and developmental approach


  • Résumé

    Within cognitive science, most studies of communication have focused on how we understand communication and not on how we evaluate it. According to the epistemic vigilance framework (Sperber et al., 2011) a set of mechanisms would be devoted to evaluating other people's messages to protect us from potentially misleading information, allowing communication to work smoothly and to remain mostly honest. In this framework, reasoning would have evolved to allow for a finer grained discrimination of messages. The main function of reasoning would be argumentative: to find reasons in order to convince others, and to evaluate others' reasons in order to adopt better supported beliefs (Mercier & Sperber, 2011).If reasoning is an evolved adaptation, these skills should be relatively universal and they should not have to be taught. Universality and early development is suggestive of skills that do not rest on specific cultural learning. However, most of the studies on reasoning and argumentation, either with adults or children, and consequently the main results supporting the argumentative theory of reasoning, are limited to a small range of human societies: Western cultures. One can argue that the features of reasoning might be the expression of specific cultural factors rather than universals traits. The present thesis addresses this question by deploying a cross-cultural (comparing Western, Eastern, and traditional societies) and a developmental approach. Traditional and Eastern cultures differ from Western cultures in dimensions such as philosophical tradition, parenting styles, or access to formal education that are particularly relevant to test these adaptive predictions.The role of discussion has been often underestimated in the field of reasoning, with the exception of some influential developmental research (Doise & Mugny, 1984; Perret-Clermont, 1980). Cutting reasoning from its argumentative contexts, psychologists of reasoning deprived it from one of its strength, the exchange of arguments with others. In a first study we showed that, as reported in Western and Eastern populations, group discussion yields better performance than individual reasoning in a traditional population – indigenous Maya from Guatemala. Two features of reasoning can account for this improvement: the myside bias, which precludes individuals from improving their performance on their own, and the ability to soundly evaluate others’ arguments, which allows individuals to benefit from group discussions (Article 1). In three exploratory studies we brought some evidence that the benefit of argumentation could be extended to moral judgments. The first one confirms that arguments can make people change their mind even on some emotionally charged moral judgments. By contrast, the second and the third ones failed to reveal consistent effects of discussion on moral judgments (Chapter 2).Before the age of three, children exchange arguments with their parents and siblings, but no experiment has demonstrated that they are sensitive to argument quality. In a first study we provide experimental evidence that 2-year-olds are sensitive to argument strength (Article 3). However, these skills might have been fostered by the particular cultural context of Western middle- and upper-class families, to which most children studied belong. No experimental data had been gathered in Eastern or traditional societies. A series of experiments first revealed that, as reported in Western culture, Mayan (Article 4) and Japanese (Article 7) children can discriminate between a strong (perceptual) argument and a weak (circular) argument. Second, Mayan (Article 4) and Western (Article 5) children are shown to follow the testimony of a dominant over that of a subordinate while Japanese participants favor the testimony of the subordinate (Article 8). ...


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Lumière (Bron). Service commun de la documentation. Bibliothèque universitaire.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.