Identité et altérité par écran : modalités de l’intersubjectivité en interaction numérique

par Samira Ibnelkaïd

Thèse de doctorat en Sciences du langage

Sous la direction de Christine Develotte.

Soutenue le 01-07-2016

à Lyon , dans le cadre de École doctorale Lettres, langues, linguistique et arts (Lyon) , en partenariat avec Interactions, corpus, apprentissages et représentations (Lyon, Rhône) (équipe de recherche) et de Université Lumière (Lyon) (établissement opérateur d'inscription) .

Le président du jury était Véronique Traverso.

Le jury était composé de Richard Kern, Jacques Cosnier.

Les rapporteurs étaient Ghislaine Chabert, Stéphane Vial.


  • Résumé

    Notre recherche, bien qu’ancrée dans les Sciences du Langage s’inscrit dans une démarche interdisciplinaire entre Linguistique et Philosophie articulant Analyse des Interactions et Phénoménologie. Il s’agit d’étudier l’identité en interaction en tant que phénomène intersubjectif, langagier et technique. L’existence corporelle, sensorielle, relationnelle, et sociale des humains se trouvant désormais engagée dans des dispositifs d’interactions numériques, des modalités inédites d’intersubjectivité se déploient notamment par écran. C’est pourquoi nous nous proposons d’analyser les nouvelles dimensions constitutives de l’intersubjectivité et mises en jeu dans les interactions numériques. Dans la première partie de notre thèse, notre parcours théorique, il s’agit de saisir la nature de la co-construction identitaire, les enjeux de la rencontre interindividuelle en tant que phénomène intersubjectif et les spécificités des interactions numériques aux cadres spatio-temporels complexes. Nous proposons, en premier lieu, de définir, par une approche phénoménologique, l’événement de la rencontre avant de nous intéresser aux propriétés phénoménotechniques de l’intersubjectivité numérique. En second lieu, dans ce parcours théorique, par une approche interactionniste, nous nous attardons sur la place du langage dans la co-construction des identités ; une place importante est accordée à la séquentialité interactionnelle par laquelle les sujets façonnent l’interaction ainsi qu’à la corporéité de l’action hors et par écran. Nous soumettons alors, dans la seconde partie de notre thèse, ces théorisations à l’analyse des données de notre corpus. Dans ce parcours empirique, sont analysées des rencontres par écran entre participants géographiquement distants. Cette analyse nous permet notamment de dresser une topographie des espaces-temps impliqués dans l’interaction physico-numérique, une typologie des actes de prise d’existence à l’écran et une description du processus ontologique identitaire en interaction.

  • Titre traduit

    Existing on screen : modalities of intersubjectivity in digital interaction


  • Résumé

    Though our research is firmly anchored within the field of linguistics, it constitutes an interdisciplinary approach as well, aiming to establish a dialogue between Interaction Analysis and Phenomenology. This research examines the complex notion of identity by defining it as a verbal, technical, and intersubjective phenomenon. The bodily, sensory, relational and social human existence is henceforth engaged in digital interaction devices inducing unprecedented modalities of intersubjectivity. Therefore, we propose to analyze the novel features of intersubjectivity involved in digital interactions. In the first part of our dissertation, the theoretical exploration, we seek to apprehend the nature of identity co-construction, the stakes of interindividual encounter understood as an intersubjective phenomenon, and the spatio-temporal characteristics of digital interactions. Firstly, through a phenomenological approach, we define the encounter as a meaningful event and we explore the phenomenotechnical properties of digital intersubjectivity. Secondly, through an interactionist approach, we focus on language and its role in identity co-construction, and more specifically on sequence organization and embodiment within physical and digital interactions. Thereafter, in the second part of our dissertation, those theorizations are submitted to a data analysis. This empirical exploration consists in studying online encounters between geographically distant participants. This study allows us to draw a topography of the spatio-temporal framework of phygital interaction, a typology of the acts of enacting existence on screen and a description of the ontological process of identity co-construction.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Lumière (Bron). Service commun de la documentation. Bibliothèque universitaire.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.