Flexibilité cognitive et résolution de problèmes : au-delà des aspects développementaux, confronter son point de vue à un autre

par Florence Borjon

Thèse de doctorat en Psychologie

Sous la direction de Jean-Marie Besse.

Soutenue le 21-06-2016

à Lyon , dans le cadre de École doctorale Sciences de l'éducation, psychologie, information et communication (Lyon) , en partenariat avec Laboratoire Science, Santé, Individu. SIS (laboratoire) et de Université Lumière (Lyon) (établissement opérateur d'inscription) .

Le président du jury était Bruno Vilette.

Le jury était composé de Emmanuel Sander, Alain Berthoz, Évelyne Clément.


  • Résumé

    Résoudre aisément un problème, c’est-à-dire trouver une procédure rapide et efficace menant à la solution, nécessite de pouvoir considérer la situation selon plusieurs points de vue pour en choisir le plus pertinent, mais aussi de pouvoir en changer lorsque l’on se trouve face à une impasse, ce que l’on peut interpréter comme une expression de la flexibilité cognitive. Une adaptation des problèmes de jarres de Luchins a été présentée à 486 enfants scolarisés en CM1 et en CM2, afin d’observer leur capacité à faire preuve de flexibilité cognitive, puis, après tirage au sort, un certain nombre d’épreuves et d’échelles ont été proposés à 100 d’entre eux, lors de deux entretiens individuels. En effet, l’objet de cette étude est de montrer, auprès d’enfants se situant au niveau des opérations concrètes, que la flexibilité cognitive, qui leur permet d’élaborer des stratégies cognitives variées et de remettre en question leur point de vue initial, est liée, d’une part, à leur niveau de développement opératoire ainsi qu’à leur capacité à prendre en compte un point de vue différent du leur, et cela en lien avec leurs capacités de décentration et la présence d’une théorie de l’esprit. Mais il est, d’autre part, de montrer qu’au-delà de ces aspects développementaux, la flexibilité cognitive est également en lien avec la capacité de pouvoir confronter son point de vue à un autre, ce qui signifie qu’il ne s’agit pas seulement de prendre en compte un autre point de vue que le sien, mais aussi de pouvoir les prendre en compte en même temps, en concevant le fait que ces deux points de vue sur une même réalité sont susceptibles de coexister. Dès lors, faire preuve de flexibilité cognitive serait lié à la capacité de pouvoir confronter son propre point de vue à un autre, en se mettant à la place de l’autre tout en restant soi-même et en supportant la remise en cause que cela induit, donc aux capacités empathiques et à l’estime de soi. Cette recherche exploratoire a permis de valider partiellement nos hypothèses et a révélé, notamment à travers un essai de modélisation, certaines différences liées au genre.

  • Titre traduit

    Cognitive Flexibility and Problem Solving : beyond developmental aspects, confronting one’s point of view with another one


  • Résumé

    Solving a problem easily, that is to say finding a fast and effective procedure leading to a solution, requires considering the situation from several points of view in order to choose the most appropriate one. However, this also requires being able to switch point of view when faced with a standstill ̶ which can be interpreted as an expression of cognitive flexibility. An adaptation of Luchins’ water jar experiment was presented to 486 school children from French CM1 and CM2 classes (England: Year 5 and Year 6), with the aim of observing their capacity to put cognitive flexibility into practice. Then, following a draw, several tests and levels were presented to 100 children from the group throughout two individual meetings. Indeed, the aim of this study is demonstrating that, for children who are at the stage of concrete operations, cognitive flexibility, which enables them to elaborate various cognitive strategies and question their initial point of view, is linked both to their operational development level and to their ability to take into account a point of view which differs from theirs, in association with their decentration abilities and the presence of a theory of mind. Furthermore, the goal of this study is also demonstrating that, beyond these developmental aspects, cognitive flexibility is also linked to the ability to confront one’s point of view with another one, which means not only taking into account someone else’s point of view but also having the ability to consider both perspectives simultaneously, appreciating that these two points of view on the same reality may co-exist. Consequently, displaying cognitive flexibility is supposedly linked to the capacity to confront one’s point of view with another one, by looking at things from the other’s perspective while also remaining ourselves and bearing the challenge that this implies ̶ and therefore linked to one’s self-esteem and empathetic capabilities. This exploratory research has enabled us to partially validate our hypotheses and has revealed, particularly through a modelling trial, some differences linked to gender.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Lumière (Bron). Service commun de la documentation. Bibliothèque universitaire.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.