Le raisonnement comme compétence sociale : une comparaison expérimentale avec les théories intellectualistes

par Emmanuel Trouche

Thèse de doctorat en Sciences cognitives

Sous la direction de Hugo Mercier.

Soutenue le 15-09-2016

à Lyon , dans le cadre de École Doctorale Neurosciences et Cognition (NSCo) , en partenariat avec Université Claude Bernard (Lyon) (établissement opérateur d'inscription) et de Laboratoire Langage Cerveau Cognition (Bron) (laboratoire) .

Le président du jury était Emmanuel Sander.

Le jury était composé de Pierre Fourneret, Didier Bazalgette.

Les rapporteurs étaient Jean-François Bonnefon, Wim de Neys.


  • Résumé

    La majorité des recherches en sciences cognitives suppose que la fonction du raisonnement humain est d'aider l'individu à avoir de meilleures croyances et à prendre de meilleures décisions, en particulier grâce à des mécanismes mentaux d'inférences logiques. En 2011, Dan Sperber et Hugo Mercier ont proposé une vision alternative du raisonnement humain. La fonction du raisonnement serait argumentative : le raisonnement serait ce qui permet aux individus de produire et d'évaluer des arguments en contextes dialogiques. Cette thèse a d'une part pour objectif de proposer une comparaison théorique entre les théories standards du raisonnement et la théorie argumentative du raisonnement. D'autre part, elle apporte un soutien empirique a la théorie argumentative à travers différents paradigmes expérimentaux (i.e., résolution de problème individuelle, production et évaluation d'arguments individuelles, résolution de problème et échange d'arguments en groupe). Cette thèse défend non seulement la valeur explicative de la théorie argumentative du raisonnement, mais caractérise également les mécanismes cognitifs du raisonnement humain, de part leurs fonctions, leurs biais, et les contextes qui les déclenchent

  • Titre traduit

    Reasoning as a social competence : an experimental comparison with the intellectualist theories


  • Résumé

    Most research in cognitive science assumes that the function of human reasoning is to help individual to improve their beliefs and make better decisions, in particular through mental mechanisms of logical inference. In 2011, Dan Sperber and Hugo Mercier put forward an alternative view of human reasoning. The function of reasoning would be argumentative: reasoning would be what enables individuals to produce and evaluate arguments in dialogical contexts. This PhD thesis aims at proposing a theoretical comparison between standard theories of reasoning and the argumentative theory of reasoning. Furthermore, it provides empirical support for the latter by using different experimental paradigms (i.e., individual problem solving, production and evaluation of arguments in solitary contexts, problem solving and arguments exchange in group). This thesis not only defends the explanatory value of the argumentative theory but also characterizes the cognitive mechanisms of human reasoning by their functions, their biases, and their triggering contexts


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.