Le contrôle des risques psychosociaux : réponses organisationnelles dans un nouveau champ institutionnel

par Jean-Christophe Vuattoux

Thèse de doctorat en Sciences de gestion

Sous la direction de Frédérique Déjean.

Soutenue le 08-12-2016

à l'Université de Lorraine , dans le cadre de SJPEG - Ecole Doctorale Sciences Juridiques, Politique, Economiques et de Gestion , en partenariat avec CEREFIGE - Centre Européen de Recherche en Economie Financière et Gestion des Entreprises - EA 3942 (laboratoire) et de Centre Européen de Recherche en Economie Financière et Gestion des Entreprises / CEREFIGE (laboratoire) .

Le président du jury était Hélène Delacour.

Le jury était composé de Stéphane Trébucq, Gwenaëlle Nogatchewsky.

Les rapporteurs étaient Benjamin Dreveton.


  • Résumé

    Les risques psychosociaux (RPS) représentent aujourd’hui pour les organisations un enjeu majeur aussi bien pour la santé psychosociale des salariés que la santé économique de l’entreprise. Leur difficile prise en compte s’explique par des dispositifs de gestion des risques et de la santé et sécurité au travail inadaptés à cette nouvelle famille de risques. Leur relative invisibilité aux yeux des décideurs s’explique également par une approche des RPS principalement centrée sur l’individu et qui ne questionne pas l’organisation. Cette thèse propose plusieurs réflexions et travaux en contrôle de gestion qui conduisent à la modélisation d’un instrument de gestion des RPS mieux à même de prendre en compte leur dimension organisationnelle, et s’inscrivant dans les multiples attentes de l’organisation et de son environnement. En s’appuyant sur les théories néo-institutionnelles, une nouvelle lecture du processus d’institutionnalisation dans un champ organisationnel en phase de structuration est éprouvée à la lumière des récentes attentes qui s’imposent aux organisations quant à la prévention des RPS et des réponses qu’elles peuvent apporter. Les multiples rôles joués par les instruments de gestion dans ce processus sont déterminants pour l’aboutissement de ce processus. Cette thèse se veut une première contribution à un futur contrôle de gestion des RPS, fondement de politiques de prévention en amont des effets sur la santé des salariés.

  • Titre traduit

    The control of psychosocial risks at work : organizational responses in a new institutional field


  • Résumé

    Today, psychosocial risks at work (PSR) are major challenges for organizations, both for the employee’s psychosocial health and for the company’s economic health. But current risk management and occupational health and safety devices are inadequate for this new class of risk. That explains the difficulty organizations have with taking them into account. PSR remains quite invisible for managers because the usual risk assessment focuses on the individual and does not call the organization into question. This doctoral dissertation offers several reflections and management control projects that lead to modelling a tool for managing RPS. This tool integrates their organizational aspects and incorporates the many expectations of organizations and their environments. Based on neo-institutional theories, we propose a new reading of the institutionalization process in an organizational field undergoing structuration. This view is proven to work in light of new health care expectations organizations have and the responses they may deliver. Management tools play multiple yet decisive roles in defining the institutional process. This thesis aims to contribute to the future of RPS management, which might help shape a prevention policy based prior to when the effects on workers’ health appear.



Le texte intégral de cette thèse sera accessible librement à partir du 31-12-2018

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Lorraine. Direction de la documentation et de l'édition. BU Ingénieurs.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.