Sous le signe de la lyre : les ensembles à vent en Europe

par Laurent Martino

Thèse de doctorat en Histoire

Sous la direction de Didier Francfort.

Soutenue le 14-10-2016

à l'Université de Lorraine , dans le cadre de Ecole doctorale Stanislas (Nancy-Metz) , en partenariat avec Centre de recherche sur les cultures et les littératures européennes (Nancy) (laboratoire) et de Centre de Recherche sur les Cultures et Littératures Européennes : France- Europe centrale- Europe orientale / CERCLE (laboratoire) .

Le président du jury était Philippe Gumplowicz.

Le jury était composé de Jean El Gammal.

Les rapporteurs étaient Sophie-Anne Leterrier, Ludovic Tournès.


  • Résumé

    Les ensembles à vent existent dans toute l’Europe. Ils sont un trait de culture partagé. La miseà jour d’une sub-culture fanfaristique s’effectue à partir des comparaisons, migrations,circulations, étudiées à travers les ensembles à vent et par emboîtement d’échelles. A partird’exemples représentatifs, pris à hauteur d’Hommes, l’existence d’un modèle européen de lafanfare, dans son fonctionnement, son image, son rôle… est mis au jour. Pluriels, les ensemblesà vent ne sont pas des copies parfaites, mais de nombreux points communs permettent demodéliser cette pratique socioculturelle.Même si pour beaucoup au second XXe siècle, le mouvement orphéonique relève du passé,notre étude des ensembles à vent débute dans les années 1940 avec la Seconde Guerre Mondialepuis la Libération, et s’achève dans les années 1980 marquées par un tournant social, politiqueet culturel. Plus que sur le déclin, la fanfare est, au cours de la période, en mutation. Inventé auXIXe siècle, l’ensemble à vent répond à une triple définition. Il s’agit tout d’abord d’unensemble d’instruments à vent (cuivres et bois) et de percussions joués par des musiciensamateurs. La fanfare est également un orchestre de plein air. Enfin, c’est une musique qui «marche », qui défile pour animer la cité.La nature même de cette pratique musicale collective, effectuée par des musiciens nonprofessionnels, inclut une dimension sociale capitale. Autour de cette pratique récréative, seforme un groupe avec ses sociabilités, qui le cimentent. Les ensembles à vent répondent aussià une demande sociale multiple et notamment un rôle d’éducation populaire.L’ensemble à vent apparaît comme un modèle transnational qui possède une réelle identité.Inclassable, il n’appartient ni à la culture populaire, ni à la culture savante. La catégorisationentre une culture dominée et une culture dominante doit être remise en cause au profit d’uneautonomisation des normes de valeurs et de l’abolition des hiérarchies. Le fonctionnement, toutcomme les appropriations qu’il subit et qu’il réalise, plaident en faveur d’une autonomisationdes ensembles à vent. Ils sont une pratique et un genre autonome et reconnaissable dans toutel’Europe.

  • Titre traduit

    In the light of the lyre : wind ensembles throughout Europe, from the 1940s to the 1980s, a transnational culture


  • Résumé

    Wind ensembles exist all over Europe. They are a shared cultural feature. The exposure of aband sub-culture is established from comparisons, migrations, circulations, through windensembles, and interlocking at various levels. Drawing from representative examples, on aperspective centered on Man, the existence of a European standard for brass-bands, in itsoperation, image, role is brought forward. In their varied nature, wind ensembles are not perfectduplicates, but many common features make a modelling of such a sociocultural practicepossible.Even though, for many, in the second half of the twentieth century, brass-band culture was athing of the past, our study of wind ensembles begins in the 1940s with the Second World War,then the Liberation, and ends in the 1980s with its social, political and cultural turning point.Rather than being declining, brass bands were, over the period, evolving sharply. Invented inthe nineteenth century, the wind ensemble meets three different definitions. It is first anensemble of wind instruments (brass and woodwind) and percussions played by amateurmusicians. Brass-bands is also an outdoor orchestra. Finally, it is a “marching” music, one thatparades to animate the city.The very nature of this collective music-making, carried out by non-professional musiciansincludes a major social dimension. Around this recreational activity, a group gathers, and iscemented by its sociabilities. Wind ensembles also respond to a multiple social demand, inparticular a role in popular education.The wind ensemble appears as a transnational model with a full identity. Unclassifiable, itbelongs neither to popular culture, nor to high brow culture. The categorization betweendominated and dominant culture should be called into question. Empowering standards as wellas abolishing hierarchies must be promoted instead. Its functioning as well as the ownerships itis subjected to and it achieves, advocates for an empowerment of wind ensembles. They are anautonomous and recognizable practice throughout Europe.



Le texte intégral de cette thèse sera accessible librement à partir du 11-12-2018

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Lorraine. Direction de la documentation et de l'édition. BU Ingénieurs.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.