Transfert culturels, traductions et adaptations féminines en France et en Espagne au siècle des Lumières

par Beatriz Onandia

Thèse de doctorat en Langues, Littératures et Civilisations

Sous la direction de Catriona Seth et de Lydia Vázquez.

Soutenue le 20-06-2016

à l'Université de Lorraine en cotutelle avec l'Universidad del País Vasco , dans le cadre de Ecole doctorale Stanislas (Nancy-Metz) , en partenariat avec Littératures, Imaginaire, Sociétés (Nancy) (laboratoire) .

Le président du jury était Jean Goulemot.

Les rapporteurs étaient Rotraud von Kulessa.


  • Résumé

    La réception espagnole des œuvres de Madame de Genlis, Madame de Beaumont, Madame d’Épinay ou Madame de Lambert constitue un chapitre important de la fortune littéraire que ces auteures connurent en dehors des frontières françaises et plus concrètement dans l’Espagne des Lumières. L’obsession pédagogique des intellectuels des Lumières hispaniques, l’intérêt des femmes pour la lecture et le développement du monde éditorial, provoqueront pendant tout le XVIIIe siècle une véritable avalanche de textes destinés à la formation et à l’instruction féminine, surtout vers le milieu du siècle lorsque un fort intérêt pour les traductions d’œuvres étrangères se fit sentir. En harmonie avec cet intérêt pédagogique du siècle des Lumières, l’éducation deviendra donc un des sujets phare de la production éditoriale de l’époque. De ce fait, les débats éducatifs qui avaient lieu en France, vont circuler aussi dans le milieu intellectuel espagnol, grâce, comme nous venons de souligner, aux différentes traductions d’œuvres françaises. La visée pédagogique des productions littéraires de Marie Leprince de Beaumont, Stéphanie Félicité de Genlis, Louise d’Épinay ou Madame de Lambert séduira un grand nombre des intellectuels des Lumières espagnoles. La sensibilité de ces pédagogues françaises en matière de morale et de religion s’adaptait à la perfection avec les créations littéraires de L’Espagne des Lumières. Une littérature respectueuse des valeurs spirituelles traditionnelles et en même temps ouverte à ce nouveau concept de « vertu sensible ». Ce renouveau féminin va se faire sentir aussi dans les traductions d’œuvres pédagogiques françaises. Ainsi un bon nombre de ces écrits vont passer par les mains des femmes. Ana Muñoz, María Jacoba Castilla,María Romero Masegosa, Antonia de Río y Arnedo, Cayetana de la Cerda et tant d’autres vont être tour à tour traductrices et écrivaines espagnoles, qui donneront ainsi une couleur féminine au mouvement d’émancipation et d’éducation de la femme espagnole. D’ailleurs, ces traductrices furent les responsables des premières versions espagnoles des œuvres de Madame de Lambert, Madame d’Épinay ou Madame de Genlis. Nos recherches vont essayer donc d’analyser les avatars des œuvres des auteures pédagogues françaises, leurs premières traductions en Espagne et leurs influences sur la littérature pédagogique espagnole et en particulier celle produite par les femmes. De cette manière, on va pouvoir esquisser certains traits spécifiques qui vont caractériser la production féminine hispanique.

  • Titre traduit

    Cultural transfer, translations and female literary adaptation of the Enlightenment in Spain


  • Résumé

    The favourable reception in Spain of works by Madame de Genlis, Madame de Beaumont, Madame d’Épinay and Madame de Lambert constitutes an important chapter in the literary fortune that these authors came to achieve outside of France and particularly, in Spain during the period of Enlightenment. The pedagogical obsession of the Spanish Enlightenment scholars, women’s interest in reading and the development of publishing provoked a veritable avalanche of texts aimed at the education and schooling of women throughout the XVIII century, especially in the middle of the century at a time when a strong interest in translating foreign literary works was surfacing. Concurrent with this pedagogical interest taking place during the Enlightenment, the subject of education had become a beacon in the editorial production of the time. Consequently, the educational debates which had been taking place in France also began to become the subjects in Spanish educational circles a result of the various translations of French literary works. The pedagogic lens in the literary production of Marie Leprince de Beaumont, Stéphanie Félicité de Genlis, Louise d’Épinay and Madame de Lambert seduced a large number of Spanish Enlightenment intellectuals. The sensitivity of these French pedagogues on moral and religious matters translated perfectly to Spanish literary creations; it was a literature which respected traditional spiritual values at the same time as remaining open to the new concept of “sensitive virtue” This resurgence in female influence would go on to became apparent in the translations of French pedagogic literary works as a good number of these writings passed through the hands of women. Ana Muñoz, María Jacoba Castilla, María Romero Masegosa, Antonia de Río y Arnedo, Cayetana de la Cerda and so many others alternated between being translators and Spanish writers who gave a feminine perspective to the movement to emancipate and educate Spanish women. Notably, these women were responsible for the first Spanish versions of works by Madame de Lambert, Madame d’Épinay and Madame de Genlis. This research will analyse the transformation of these French pedagogical works: their first translations in Spain and how they influenced Spanish pedagogical literature, especially when produced by women. In doing so it will outline a number of specific traits which characterise hispanic female literary production.



Le texte intégral de cette thèse sera accessible librement à partir du 01-01-2020

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Lorraine. Direction de la documentation et de l'édition. BU Ingénieurs.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.