Analyse des processus d’engagement dans un projet de territoire : exemple de l’ « économie turquoise » dans les Côtes-d’Armor

par Marion Christina Bourhis

Thèse de doctorat en Géographie, aménagement

Sous la direction de Frédérique Chlous-Ducharme.

Soutenue le 12-07-2016

à Lorient , dans le cadre de École doctorale Sciences humaines et sociales (Rennes) , en partenariat avec Université Bretagne Loire (COMUE) .

Le jury était composé de Denis Martouzet, Nacima Baron-Yellès, David Cooper.

Les rapporteurs étaient Denis Martouzet, Jodelle Zetlaoui.


  • Résumé

    Le projet de territoire est devenu l’un des outils privilégiés pour une action publique territoriale concertée, sur une scène publique territoriale beaucoup moins hiérarchique et plus fragmentée que par le passé. Mais bien que présenté comme un outil permettant la coordination, sinon la coopération, le projet de territoire ne s’affranchit pas des hiérarchies entre les acteurs et des relations de pouvoir. Comprendre l’engagement ou non des acteurs dans ces projets nécessite alors d’identifier et d’analyser les déterminants de l’action et le contexte dans lequel elle se déroule. Partant d’une étude de cas, l’ « économie turquoise » (projet porté par le Conseil départemental des Côtes-d’Armor), ce travail de thèse s’intéresse ainsi aux processus d’engagement et de désengagement des acteurs dans l’élaboration et la mise en œuvre de ces projets. Afin de tenter de saisir ces processus dans leur globalité (et non dans leur exhaustivité), sont mobilisées des approches issues de cadres théoriques différents permettant d’articuler l’analyse des trajectoires individuelles à celles des collectifs dans lesquels elles s’exercent. Grâce au bénéfice d’une convention CIFRE, le choix d’une approche ethnographique du terrain a été adopté. Elle s’appuie sur une triangulation basée sur la réalisation d'entretiens semi-directifs, d’une analyse documentaire et d’une observation (parfois participante) de la démarche en construction. Ce travail démontre, tout d’abord, que le projet est loin de former un tout isolé, clairement identifiable, s’inscrivant dans une temporalité bien délimitée. De plus, grâce à la mobilisation privilégiée de la théorie de l’acteur-réseau, de la théorie des liens faibles et des économies de la grandeur, cette recherche analyse minutieusement le processus d’élaboration et de mise en œuvre de l’« économie turquoise », tout en révélant les modalités d’interactions entre les acteurs concernés et la construction des compromis. Les résultats exposent également comment le projet se trouve pris en tension entre une visée instrumentale et une volonté de co-construction. L’analyse montre ainsi que de l’enrôlement ne découle pas de facto une forme d’implication dans l’action. Elle explique, de plus, comment le territoire se constitue en tant qu’actant non-humain des projets de territoire influençant ainsi l’engagement des acteurs dans ces projets. Enfin, à partir des relations entre les différentes entités du réseau, ce travail identifie comment les acteurs, par leurs appartenances multiples, peuvent se constituer en tant que vecteurs de liens privilégiés pour élargir le réseau ou, au contraire, en tant qu’écrans. Enfin, une analyse réflexive et épistémologique, restituant le contexte d’implication et de collecte des données, apporte des éléments de réflexion sur la construction d’un parcours de jeune chercheur.

  • Titre traduit

    An analysis of the process of stakeholder engagement in a regional development project : Example of the "turquoise economy" in the French Department of Côtes-d'Armor


  • Résumé

    Regional development projects are frequently supported through collaborative action, and take place in an environment that is less hierarchical and more fragmented than the past. Although presented as a focus for coordination, and/or cooperation, the regional development project does not eliminate hierarchies between stakeholders and the associated power relationships. Understanding the engagement, or not, of the stakeholders in these projects makes it necessary to identify and to analyze the determining factors for the action and the context in which it takes place. Starting out from a case study, the “turquoise economy” (a project supported by the French department of Côtes-d’Armor), the work within this thesis focuses on the process of engagement and/or disengagement of the stakeholders in the development and the implementation of regional projects. In order to explore this process holistically, approaches emerging from different theoretical frameworks have been utilised to analyse the contrasting ways in which stakeholders engage or not in collective action. Thanks to a “CIFRE agreement”, the choice of an ethnographical research was able to be followed. A triangulation method was adopted; semi-structured interviews, analyzing documentation, observing the development of the project and at times taking part in it. First of all, this work demonstrates that the case study project is far from forming an isolated whole, clearly identifiable, set in a well bounded temporality. Furthermore, thanks to the chosen use of the actor-network theory, the Strength of weak ties theory and the economies of worth theory, this research analyzes thoroughly the process of developing and implementing the case study project, whilst also revealing the modalities of interactions between the stakeholders and the compromises they make. The results also set out the reasons why there is tension in the case study project because it is caught between a desire to achieve a pre-defined objective and a wish to demonstrate co-construction. The analysis shows that the enrolment of stakeholders does not infer de facto their involvement in the action. Furthermore, the analysis demonstrates that stakeholders have different perceptions of the project, not necessarily coterminous, that influenced their engagement in the project. Finally, by analyzing the relationships that exist between the various stakeholders on the project and their relationships beyond the project, this work identifies how the stakeholders, with their different affiliations can become influential in the widening of the network or, on the contrary, act as opaque screens. The work concludes with a reflexive and epistemological analysis based on the researcher’s experiences of being involved in the project and the process of data collection. Recommendations are provided on how a young researcher might overcome some of the challenges faced in undertaking a project of this nature.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Bretagne-Sud (Lorient). Bibliothèque universitaire.
  • Bibliothèque : Université de Bretagne-Sud (Vannes). Bibliothèque universitaire.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.