La question de la participation dans les arts sonores en réseau : approche généalogique et organologique au regard de la notion de transindividuation

par Rosario Etcheverry Giadrosich

Thèse de doctorat en Musique et musicologie

Sous la direction de Vincent Tiffon.

Le président du jury était Jean-Paul Fourmentraux.

Le jury était composé de Vincent Tiffon, Jean-Paul Fourmentraux, Franck Cormerais, Romain Bricout, Peter Sinclair.

Les rapporteurs étaient Jean-Paul Fourmentraux, Franck Cormerais.


  • Résumé

    Depuis sa démocratisation dans les années 1990, Internet est devenu un milieu technologique et symbolique d’échanges à échelle mondiale dans lequel les individus d’une grande partie de la planète se retrouvent. En effet, permettant à tout un chacun d’y accéder non seulement comme récepteur, mais également comme émetteur et producteur, ce milieu se présente depuis ses origines comme un milieu ouvert à la participation de chacun des utilisateurs. Cette propriété apparaît prometteuse pour des artistes qui depuis les années 1960 sont à la recherche de nouvelles formes à travers lesquelles provoquer la participation d’un public de plus en plus anesthésié par les médias de masse et le rapport de consommation qui lui est associé. À travers cette recherche, nous proposons d’aborder la question de la participation dans les dispositifs d’art sonore en réseau télématique dits participatifs. Terme employé pour qualifier un grand nombre d’activités, la notion de « participation » nous apparaît problématique à une époque où l’hypercontrôle est au coeur d’une société de plus en plus informatisée. Tenter de comprendre les enjeux en termes de participation de ces nouvelles formes apparues avec les réseaux télématiques nécessite de les inscrire auparavant dans un processus plus large qui est celui des transformations organologiques supportant et engendrant le processus d’individuation psychosociale à partir duquel est construite toute sensibilité. Pour cela, le concept de transindividuation proposé par Bernard Stiegler à partir de Gilbert Simondon, mais aussi d’André Leroi-Gourhan, nous paraît fondamental,car il permet d’inscrire la participation au sein d’un circuit qui dépasse les seules actions.Nous proposons ainsi d’étudier ces nouvelles formes d’art sonore en réseau au regard d’une histoire du circuit de la sensibilité musicale à partir de la notion de dispositif. Il s’agit de rediriger l’attention vers une organologie élargie, en étudiant les formes d’organisations spatiales,temporelles et relationnelles des différentes périodes historiques, dans l’objectif de dégager leur fonctionnement en termes de circuit de participation. L’étude de l’organologie propre aux dispositifs d’art sonore en réseau requiert d’un plus grand élargissement qui dépasse largement le cadre de la musicologie, ce qui nous conduit à importer des outils d’étude issus d’autres disciplines scientifiques. C’est en adoptant cette approche généalogique et organologique que les enjeux en termes de participation de ces nouvelles « formes dispositifs » peuvent être ainsi étudiés dans leur complexité.

  • Titre traduit

    The question of participation in the networked sound arts : genealogical and organic approach to the notion of transindividuation


  • Résumé

    Since its democratization in the 1990s, the Internet has become a technological and symbolic medium for global exchanges in which individuals from a large part of the world find themselves. Indeed, enabling everyone to access not only as receiver, but also as transmitter and producer, this environment presents itself from its origins as an environment open to the participation of each user. This property appears promising for artists who since the 1960s are looking for new forms through which to provoke the participation of a public increasingly anesthetized by the mass media and the relationship of consumption associated with it. Through this research, we propose to address the issue of participation in sound art devices in telematic networks known as participatory. A term used to describe a large number of activities, the notion of "participation" seems problematical to us at a time when hypercontrol is at the heart of an increasingly computerized society. To try to understand the stakes in terms of the participation of these new forms appeared with the telematic networks requires to include them before in a broader process which is that of the organological transformations supporting and generating the process of psychosocial individuation from which all sensitivity is constructed . To do this, the concept of transindividuation proposed by Bernard Stiegler from Gilbert Simondon, but also from André Leroi-Gourhan, seems fundamental to us, because it allows participation in a circuit that goes beyond actions alone. We propose to study these new forms of networked sound art in the light of a history of the circuit of musical sensitivity from the notion of device. It is a question of redirecting attention to an enlarged organology by studying the spatial, temporal and relational forms of the various historical periods, with the aim of identifying their functioning in terms of participation patterns. The study of the organology specific to the devices of sound art in network requires a greater enlargement that goes far beyond the framework of musicology, which leads us to import tools of study coming from other scientific disciplines. It is by adopting this genealogical and organic approach that the stakes in terms of the participation of these new "device forms" can thus be studied in their complexity.


Le texte intégral de cette thèse n'est pas accessible en ligne.
Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Charles de Gaulle. Bibliothèque virtuelle.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.