Des Pharaons kouchites aux Pharaons saïtes : identités, enjeux et pouvoir dans l’Egypte du VIIe siècle av. J.-C.

par Jeremy Hourdin

Thèse de doctorat en Histoire

Sous la direction de Didier Devauchelle.

Le président du jury était Christophe Thiers.

Le jury était composé de Didier Devauchelle, Christophe Thiers, Laurent Coulon, Anthony Leahy.

Les rapporteurs étaient Christophe Thiers, Laurent Coulon.


  • Résumé

    Les études relatives à l'histoire de la première moitié du VIIe siècle av. J.-C. en Égypte sont encore relativement peu nombreuses. De ce fait, si les grandes lignes historiques sont chronologiquement assez bien établies, les étapes et les différents enjeux le sont quant à eux beaucoup moins.Cette période est marquée en Égypte par un important changement : les pharaons kouchites (de la XXVe dynastie, appelés aussi 'pharaons noirs' ou 'éthiopiens'), qui dominaient alors le pays depuis la fin du VIIIe siècle av. J-C., sont évincés par une nouvelle lignée de souverains d'origine libyenne (la XXVIe dynastie dite saïte), aidée par les invasions répétées de l'Égypte par l'Assyrie. Cette période de transition, d'environ une vingtaine d'années (entre les règnes de Taharqa, 690-664 av. J.-C., et de Psammétique Ier, 664-610 av. J.-C.), constitue ce sujet de recherche doctorale. L'objectif principal est donc d'éclairer de façon plus précise cette époque de transition en identifiant les acteurs principaux (souverains, clergé et dignitaires locaux) mais également les changements politiques, sociaux et culturels qui ont eu lieu. Une nouvelle étude qui prenne en compte les identités de chacun des protagonistes et leurs rapports avec le pouvoir est nécessaire. Il conviendra donc de définir le pouvoir pharaonique (sa nature et son expression notamment), les continuités et les modifications qui se sont opérées avec ce changement dynastique.Pour que cette étude puisse être la plus complète possible, ce sujet nécessite donc un réexamen de la documentation déjà connue par des recherches antérieures mais également la mise en lumière de documents mal connus ou encore ignorés.

  • Titre traduit

    From the Kushite Pharaohs to the Saite Pharaohs : identities, issues and power in Egypt during the seventh century BC


  • Résumé

    The first half of the VIIth century BC have been marked in Egypt by an important transition. The Kushite pharaohs (the Nubian 25th dynasty, also named “black Pharaohs”) who dominated the country since the end of the eighth century, were ousted by a northern dynasty of Libyan origin (the 26th or Saite dynasty), in the context of the Assyrian invasions. This period of transition, between the reigns of the Kushite Taharqa (690-664) and the Saite Psamtik I (664-610) is the subject of this doctoral research.During the last few decades, the historical studies about the 25th and 26th dynasties have clarified the main events that marked Egypt and Nubia during this transitional period. If the more important historical events are relatively well known, the stages of the historical changes and the evolution of the pharaonic expression have been less studied.The main objective of this work is to clarify them by identifying the main protagonists (kings, clergy and local dignitaries) but also the political, social and cultural changes. The reign of the king Taharqa, thanks to the important and numerous documents (historical records and monuments) from Egypt and Nubia, constitute an important part of this research. The study of the textual and monumental expressions of Taharqa’s power (especially in Thebes in Egypt, or Kawa and Gebel Barkal in Nubia) and its evolutions in the context of the Assyrian wars, highlight the issues of this historical period. These informations can be completed by the documentation of the Kushite king Tanutamun and the saite Psamtik I.



Le texte intégral de cette thèse n'est pas accessible en ligne.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Charles de Gaulle. Bibliothèque virtuelle.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.