La journée de travail : organisation, valorisation et inégalités sociales

par Amandine Barrois

Thèse de doctorat en Sciences économiques

Sous la direction de François-Xavier Devetter.


  • Résumé

    L’objet de la thèse est de comprendre comment se structure la journée de travail et comment l’organisation quotidienne du temps de travail révèle de profondes inégalités sociales entre les travailleurs, notamment entre les hommes et les femmes. Les travaux qui se sont penchés sur le temps de travail ces dernières décennies ont généralement privilégié le cadre hebdomadaire comme angle d’analyse. Ces travaux ont également pu s’intéresser à certaines périodes spécifiques, comme le travail de nuit ou du dimanche. Alors que la tendance est à apprécier le temps de travail par rapport à un cadre de référence toujours plus large, la journée apparaît être un cadre plus fin et plus original pour évaluer les effets de la diversification des temps de travail. L'analyse des horaires de travail quotidiens permet d’appréhender les difficultés perçues par les individus, notamment en matière d’articulation des temps. Des investigations quantitatives menées à partir de l’enquête Conditions de Travail (DARES) et la construction d’outils statistiques variés permettent de décrire et d’analyser la journée de travail, mais également de faire apparaître les enjeux sociaux se nouant autour de celle-ci. Cette dernière est au cœur des inégalités entre les travailleurs (hommes et femmes ; parents et non-parents ; PCS). Sont questionnés les enjeux de la présence au travail, de la capacité des salariés à maîtriser leur temps et à se rendre disponible sur certains horaires ; ainsi que les enjeux de la valorisation du temps, de la capacité à faire rémunérer le temps passé à la disposition de l’employeur et à faire reconnaître la pénibilité des horaires qui s’écartent de la norme.

  • Titre traduit

    The working day : organization, promotion and social inequalities


  • Résumé

    This thesis aims at understanding how the working day is organized and how this daily organization of working time reveals deep social inequalities between workers, particularly between men and women. The numerous works that have studied working time in recent decades have generally favored the weekly framework as analysis angle. These works have also studied specific periods, such as night work and Sunday work. Although the trend is to estimate the working time over a framework of ever wider reference, the day yet appears to be a more precise and more original framework to assess the effects of diversification of work habits observed during the last forty years. The analysis of daily work schedules enables us to understand the difficulties people experience, particularly in terms of articulation of time. Quantitative investigations from the Working Conditions survey (DARES), including the construction of indicators and different statistical tools allow us to describe and analyze the daily organization of working time but also show the social issues forming around the workday. This latter is at the heart of inequality between workers (men and women ; parents and non-parents ; professional categories). Indeed, the capacity to attend work, to control one’s time and to make oneself available certain hours is at stake. The valuation of the time given by the workers, the ability to recognize, in other words to pay, the time spent available to the employer, but also to recognize the difficulty of the temporal organization of work and schedules which deviate from the norm are also at stake.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université des sciences et technologies de Lille. Service commun de la documentation. Bibliothèque virtuelle.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.