Recherche de nouveaux marqueurs diagnostiques et/ou pronostiques pour le cancer du côlon

par Adriana Mihalache

Thèse de doctorat en Biochimie et Biologie moléculaire

Sous la direction de Catherine Robbe-Masselot et de Sophie Degroote.

Soutenue le 11-01-2016

à Lille 1 , dans le cadre de École doctorale Biologie-Santé (Lille) , en partenariat avec Unité de glycobiologie structurale et fondamentale (UGSF) (laboratoire) .


  • Résumé

    Le cancer colorectal (CRC) est la deuxième cause de décès par cancer dans le monde. Contrairement aux autres types de cancer, le CRC est une pathologie qu’il est possible à la fois de prévenir et de guérir si la tumeur est réséquée à un stade précoce. Cependant la plupart des CRC ne sont pas détectés avant d’avoir envahi d’autres organes ou des ganglions lymphatiques car les tests de dépistages actuels ne sont pas suffisamment spécifiques et sensibles. Dans ce contexte, il est urgent d’identifier des biomarqueurs permettant de détecter les CRC à des stades précoces, de suivre le développement des tumeurs pendant la durée du traitement et de prédire les récidives. Les mucines, O-glycosylprotéines majeures du mucus qui protège l’épithélium intestinal, sont fréquemment altérées dans les cancers colorectaux et jouent un rôle important dans la pathogénèse de la maladie. L’objectif principal de ce travail de thèse était d’explorer les altérations d’expression et de glycosylation des mucines intestinales durant les différentes étapes de la transformation maligne, et d’identifier, parmi les molécules modifiées, de potentiels biomarqueurs utilisables pour évaluer le pronostic et le risque de récidive après traitement. Les mucines ont été purifiées à partir de pièces opératoires d’individus sains et de patients atteints de CCR et leur profil de glycosylation a été déterminé par spectrométrie de masse. Les résultats obtenus démontrent une très forte diminution du niveau d’expression des O-glycanes sialylés basés sur un core 3 dans la tumeur, corrélée à une forte augmentation des O-glycanes sialylés basés sur un core 1. Aucune corrélation n’a pu être faite entre les stades des tumeurs et les répertoires de glycosylation des mucines. Cependant, à l’exception des antigènes sialyl-Tn, les tumeurs de patients ayant récidivé présentaient moins d’altérations dans leur profil de glycosylation de mucines, comparées aux tumeurs sans récidive. Ces résultats suggèrent que les O-glycanes de mucines provenant de tumeurs avec récidive masqueraient la situation pathologique en mimant une situation physiologique saine afin d’échapper au système de défense immunitaire. Nous avons également confirmé une augmentation de l’expression d’un antigène sialyl-Lex basé sur un core 3 dans la tumeur de patients sans récidive, qui semble entrer en compétition avec son homologue sulfo-Lex dans le côlon sain. Nous avons démontré une diminution significative de l’expression des Gal-3-O-sulfotransférases ainsi que de faibles variations de l’expression des α2,3-sialyltransférases, qui pourraient expliquer l’inversion des ratios d’expression de ces 2 antigènes. L’expression de DMBT1, une mucine-like, est fortement augmentée dans les stades précoces du CCR et une très forte expression de DMBT1 dans la muqueuse de résection des patients semble corrélée à un mauvais pronostic. En conclusion, notre travail a permis de démontrer pour la première fois une possible corrélation entre le profil de glycosylation des mucines dans la tumeur réséquée et le risque de récidive. Ces travaux démontrent également des altérations spécifiques de la glycosylation des mucines durant la transformation maligne et la progression vers le CCR. Ces résultats devraient permettre d’identifier de nouveaux marqueurs utilisables pour le pronostic et pour guider les oncologues dans le choix des traitements post-opératoires.

  • Titre traduit

    Research of new biomarkers for colon cancer diagnosis and/or prognosis


  • Résumé

    Colorectal cancer (CRC) is the second leading cause of cancer-related death in the Western world. Unlike many other malignancies, CRC is a preventable and curable disease if early stage tumors are removed. However many CRC remain undetected until they have spread to the surrounding organs or lymph, correlating with poor prognosis because of the low sensitivity and specificity of fecal occult blood tests used for screening of risk populations. In this context, there is an urgent need to identify biomarkers for early detection of CRC, to follow tumor development during the course of therapy and to predict recurrence. Mucins, major glycoproteins found in the mucus film covering and protecting the colon mucosa, are frequently altered in colon cancer and implicated in the pathogenesis of cancer. The main goal of this PhD project was to explore alteration of expression and glycosylation of colonic mucins during progression of adenomas to a colorectal cancer and to identify, among all these modified molecules, new potential biomarkers for prognosis and recurrence after treatment. Mucins were purified from healthy individuals and patients with colon cancer and their O-glycosylation patterns were determined by mass spectrometry. The obtained data showed an important decrease in the level of expression of sialylated core 3 based O-glycans in tumors correlated with an increase in sialylated core 1 structures. No correlation was established between stages of the tumor samples and mucin O-glycosylation. However, with the notable exception of sialyl Tn antigens, tumors with recurrence presented a milder alteration of glycosylation profile than tumors without recurrence. These results suggest that mucin O-glycans from tumors with recurrence might mimic a healthier physiological situation, hence deceiving the immune defense system. We confirmed an increased expression of a core 3 sialyl-Lex hexasaccharide in tumors of patients without any recurrence during the first 3 years after resection of the tumor, which appeared to compete with its sulfo-Lex counterpart in normal tissue. We demonstrated a significant decrease of expression of Gal-3-O-sulfotransferases together with small variations of α2,3-sialyltransferases expression levels that could explain the inversion of ratio for these two sugar motifs. Expression of DMBT1, a mucin-like, was highly increased in early stages of colon carcinoma and a high expression in normal mucosa of patients seemed to be correlated with a poor prognosis. In conclusion, our work demonstrated for the first time a possible correlation between mucin O-glycosylation patterns in the resected tumor of patients and the risk of recurrence. This study highlights specific pattern of mucin alterations during malignant transformation and progression of colon cancer. These findings might prove valuable as prognostic tools orienting the cure to be given to patients after resection.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université des sciences et technologies de Lille. Service commun de la documentation. Bibliothèque virtuelle.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.