Contacts et valorisation du sérère et du wolof, langues nationales du Sénégal : Pratiques langagières et usages en ligne

par Amadou Dione

Thèse de doctorat en Sciences du langage

Sous la direction de Claudine Moïse.

Le président du jury était Marinette Matthey.

Le jury était composé de Papa Alioune Ndao.

Les rapporteurs étaient Karima Ziamari, Jean-Louis Rougé.


  • Résumé

    Ce travail de thèse se situe dans la continuité des recherches sur les contacts de langues au Sénégal, pays multilingue. Le Sénégal à l’image des autres pays africains francophones présente un espace sociolinguistique caractérisé par des contacts entre les langues nationales et la langue officielle, le français donnant naissance à une forme de parler urbain appelé « wolof urbain » ou « franwolof ».Cette étude porte sur le wolof et le sérère, langues nationales du Sénégal, en contact avec le français, dans le cadre des usages qui en sont faits dans les Nouvelles Technologies de l'Information et de la Communication encore (NTIC). Les analyses seront menées en regard des pratiques orales et à partir de messages collectés sur Facebook et sur des forums de discussion.Comment les langues nationales que sont le wolof et le sérère sont valorisées dans les pratiques langagières et sur internet ? Cette principale interrogation sera associée aux différentes questions de recherche suivantes : Quels rapports les langues nationales (wolof et sérère) entretiennent-elles à l’oral et avec le français dans les échanges en ligne ? / Quelles différences avec les pratiques orales ? Le wolof et le sérère sont-ils valorisés dans les pratiques langagières et dans les échanges électroniques ? Comment les participants et internautes manifestent leurs identités dans leurs échanges ? Comment se matérialisent les représentations des locuteurs par rapport aux langues qu’ils parlent ? Quelle est la place des deux langues nationales au début du 21e siècle dans une société sénégalaise marquée par le multilinguisme ?Quelle est la place des langues dans la définition des identités de locuteurs multilingues ? / Quels intérêts (au point de vue matériel et symbolique) sont faits de l’usage de ces langues par les locuteurs ? Quels rôles pour leur valorisation ?Pour apporter des réponses à ces questions, l’analyse portera sur les notions d’identité, de représentations, de diglossie, sur les statuts de ces trois langues qui coexistent au sein du territoire sénégalais, sur l’aménagement, la politique linguistique menée au Sénégal etc.Ce travail s’appuiera sur une analyse d’entretiens réalisés auprès de participants wolophones et sérérophones scolarisés ou non, de données collectées sur Facebook et sur des forums de discussion. Cette approche permettra d’aborder les façons dont les participants recourent aux deux langues nationales en contact avec le français dans les entretiens et dans les écrits électroniquesMots clés : sociolinguistique, multilinguisme, alternances codiques, nouvelles technologies, wolof, sérère, valorisation.

  • Titre traduit

    Contacts and valuation of the sérère and the Wolof, the national languages of Senegal : Linguistic practices and on-line uses


  • Résumé

    This work of thesis is situated in the continuity of the searches on the contacts of languages in Senegal, multilingual country. Senegal just like the other French-speaking African countries presents a sociolinguistic space characterized by contacts between national languages and the official language, French giving birth to a form to speak urban called "urban Wolof" or "franwolof".This study concerns the Wolof and the sérère, the national languages of Senegal, in touch with French, within the framework of uses which are made in the New information technologies and of the Communication still (NTIC). Analyses will be led compared to the oral practices and from the messages collected on Facebook and on discussion forums.How the national languages that are the Wolof and the sérère are valued in the linguistic practices and on the Internet ? This main interrogation will be associated with the following various questions of research : what relationships national languages (Wolof and sérère) they do maintain in the oral and with French in the on-line exchanges? / What differences with the oral practices? The Wolof and the sérère are they valued in the linguistic practices and in the electronic exchanges ? How the participants and the Internet users show their identities in their exchanges? How materialize the representations of the speakers with regard to (compared with) the languages which they speak ? What is the place of both national languages at the beginning of the 21th century in a Senegalese society marked by the multilingualism? What is the place of the languages in the definition of the identities of multilingual speakers? / What interests (in the material and symbolic point of view) are made by the use of these languages by the speakers? What roles for their valuation?To bring answers to these questions, the analysis will concern the notions of identity, representations, diglossia, the statutes of these three languages which coexist within the Senegalese territory, on the arrangement, the linguistic politics led to Senegal etc.This work will lean on an analysis of conversations realized with participants wolophones and schooled sérérophones or not and of data collected on Facebook and on discussion forums. This approach will allow to approach the manners the participants of which resort to both national languages in touch with French in the conversations and in the electronic papersKey words: sociolinguistics, multilingualism, New technologies of information and the communication, Codeswitching, Wolof language, serere language, valorization.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Savoie Mont Blanc (Chambéry-Annecy). Bibliothèques universitaires. Bibliothèque électronique.
  • Bibliothèque : Université Grenoble Alpes. Bibliothèque et Appui à la Science Ouverte. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.